NOUVELLES
09/07/2016 16:39 EDT | Actualisé 09/07/2016 16:40 EDT

L'Équateur renvoie 29 migrants cubains qui cherchaient à rejoindre les États-Unis

ASSOCIATED PRESS
A stack of Cuban passports sit on a desk in the migration office of Ciudad Pedro De Alvarado, Guatemala, on the border with El Salvador, Wednesday, Jan. 13, 2016. After more than three months stranded in Costa Rica, 180 of the 8,000 Cuban migrants began their long-awaited trip north, toward the U.S. border. The first pilot flight took off from Costa Rica late Tuesday night to El Salvador, as part of a regional agreement to overcome Nicaragua's refusal to let them through by land. From El Salvador they will travel by land through Guatemala to the Mexican border. (AP Photo/Moises Castillo)

L'Equateur a renvoyé samedi 29 migrants cubains en situation illégale qui cherchaient à obtenir un visa humanitaire au Mexique pour atteindre les Etats-Unis, a annoncé le ministère de l'Intérieur.

"En application de la décision judiciaire (...) 29 citoyens cubains ont été renvoyés samedi dans leur pays d'origine", a déclaré le ministère dans un communiqué.

Les vingt hommes et neuf femmes "qui ne justifiaient pas légalement de leur présence permanente en Equateur" ont été expulsés vers Cuba à 06h00 (11h00 GMT).

Ils faisaient partie d'un groupe d'une centaine de Cubains qui manifestaient depuis juin près de l'ambassade mexicaine à Quito, réclamant un visa humanitaire pour se rendre aux Etats-Unis.

La police les a arrêtés cette semaine dans le parc principal de la capitale, où ils campaient, pour contrôler leurs papiers.

Parmi eux, huit ont été libérés parce qu'ils "avaient des enfants équatoriens", tout comme 22 autres qui étaient en situation régulière, a précisé le ministère.

Au total, 69 membres de ce groupe sont toujours interrogés par les autorités.

En décembre, l'Equateur a restauré l'obligation pour les Cubains d'un visa touriste de trois mois, supprimé en 2008, pour contrer l'immigration clandestine.

De 2008 à décembre 2015, quelque 50.000 Cubains sont entrés dans le pays, dont 30% n'ont pas été régularisés

VOIR AUSSI: