NOUVELLES
09/07/2016 12:58 EDT | Actualisé 10/07/2017 01:12 EDT

Héma-Québec constate une baisse de ses réserves de sang

Arman Ayva via Getty Images
Young man is giving blood for donation.

Avec l'arrivée de l'été, les réserves de sang d'Héma-Québec diminuent plus rapidement. S'il est encore trop tôt pour parler de pénurie, les responsables de l'organisme invitent néanmoins les Québécois à continuer à se montrer généreux et à se déplacer pour faire des dons de sang.

Toutes les 80 secondes, une personne a besoin de sang au Québec. Héma-Québec estime avoir besoin de 1000 donneurs par jour pour répondre aux besoins des hôpitaux de la province.

Habituellement, l'organisme peut compter sur des stocks équivalents à 6 à 8 jours. Or, les réserves des groupes sanguins A+ et O+, que l'on retrouve chez environ 75 % de la population québécoise, s'amenuisent. Elles ne sont plus que de 4 jours.

Selon Daniel Vinet, directeur du recrutement des donneurs chez Héma-Québec, cette baisse s'explique notamment par l'arrivée de l'été. Durant la période estivale, les Québécois seraient moins tentés de se déplacer pour faire des dons de sang.

« L'été représente toujours un défi pour Héma-Québec parce que les gens sont en congés et en vacances, il fait beau et les gens n'ont pas toujours le goût de donner. Mais les besoins sont constants. Donc à cette période-ci de l'année, il est important de rappeler qu'il faut aller faire des dons de sang », explique-t-il.

Pour l'instant, avance Daniel Vinet, Héma-Québec peut encore répondre à « 100 % des besoins » des hôpitaux. Il rappelle toutefois qu'il est important de remonter rapidement « l'inventaire » pour continuer de pallier les besoins des établissements de santé de la province au cours des prochains mois.

Il invite donc la population à continuer à donner du sang pendant la saison chaude. Les donneurs peuvent se rendre dans les centres fixes de collecte que l'on retrouve dans la plupart des grandes villes de la province, dont Montréal et Québec.

Héma-Québec se déplace aussi dans plusieurs régions du Québec avec des cliniques mobiles dans plusieurs régions du Québec. Les donneurs potentiels qui habitent loin des grands centres urbains peuvent donc également contribuer aux efforts de collecte de sang.

VOIR AUSSI: