NOUVELLES
09/07/2016 02:37 EDT | Actualisé 10/07/2017 01:12 EDT

Euro-2016 - Place aux relais avec vue sur Rio

Avec seulement des finales, quinze entre stade et hors stade (semi-marathons), la cinquième et dernière journée des Championnats d'Europe d'athlétisme fait la part belle aux relais, avec vue sur la qualification olympique, dimanche à Amsterdam.

Les Championnats d'Europe constituent en effet la toute dernière opportunité pour de nombreux pays de se qualifier pour les jeux Olympiques de Rio, dans moins d'un mois (5-21 août).

Ainsi la France, habituée des podiums dans ces épreuves collectives, doit encore valider ses billets pour les 4x100 m dames et 4x400 m messieurs.

Un souci que n'a plus la Grande-Bretagne, déjà qualifiée pour le Brésil, et qui peut même espérer un carré d'as (or sur 4x100 m dames et messieurs, 4x400 m dames et messieurs) à Amsterdam, dans un contexte où il manque pas mal de sprinteurs de premier plan, à commencer par les sujets de sa Gracieuse Majesté.

Mais la blessure en finale du 100 m de la jeune Desiree Henry vendredi est un coup dur. Autre obstacle auxquels vont devoir faire face les Britanniques : la volonté des Néerlandais, à domicile, de confirmer leur suprématie sur le sprint européen.

Impressionnante de puissance et de fluidité sur 100 m (10.90) vendredi, Dafne Schippers veut emmener ses partenaires du relais au titre, aussi pour oublier le bâton tombé en 2014 à Zurich.

Churandy Martina, qui avait causé la surprise des Championnats en s'offrant le 100 m jeudi, a bien cru récidiver sur 200 m vendredi. Mais, vainqueur sur la piste, il a été ensuite disqualifié pour avoir chevauché le couloir voisin.

"Je me souviens qu'en 2012 à Helsinki, nous avions remporté le 4x100 m (outre le 200 m)", a remarqué Martina, qui avait commencé sa carrière pour les Antilles néerlandaises.

La hauteur messieurs propose un plateau intéressant, malgré l'absence de l'Ukrainien Bohdan Bondarenko, champion du monde 2013 et co-recordman continental (2,42 m).

L'Italien Gianmarco Tamberi, champion du monde 2016 en salle, le Britannique Robbie Grabarz, médaillé de bronze aux Jeux de Londres, et Andri Protsenko, autre produit de l'école ukrainienne, sont les hommes à battre.

La suspension de la Russie par la Fédération internationale d'athlétisme (IAAF), après les révélations et les preuves apportées de dopage organisé dans le pays, n'ont pas seulement appauvri le saut en hauteur.

L'absence des Russes s'est fait sentir à tous les niveaux, en particulier dans les concours et en demi-fond dames, a constaté vendredi un officiel.

asc/es