NOUVELLES
09/07/2016 08:34 EDT | Actualisé 10/07/2017 01:12 EDT

Afghanistan : l'Otan prolonge sa mission et son aide financière

L'Otan a décidé samedi de prolonger jusqu'en 2017 sa mission "Soutien Résolu" en Afghanistan et jusqu'en 2020 son aide financière aux forces armées afghanes, a annoncé son secrétaire général Jens Stoltenberg.

"Nous avons convenu de maintenir notre mission (de formation et conseil auprès des forces afghanes, ndlr) au-delà de 2016", a déclaré M. Stoltenberg devant la presse au deuxième jour d'un sommet de l'Otan à Varsovie.

"Une planification additionnelle sera menée dans les prochains mois pour définir notre présence globale en 2017", a-t-il ajouté, se refusant à "spéculer" jusqu'à quand au final la mission pourrait durer.

Le nombre de soldats de l'Otan présents sur place devrait être maintenu au niveau de 2016, soit 12.000 hommes, en grande partie américains (9.800 actuellement), a-t-il précisé.

Les pays de l'Alliance se sont par ailleurs engagés à poursuivre leur aide financière à l'armée et à la police afghanes jusqu'à 2020.

Ce montant est "proche d'un milliard de dollars" pour l'an prochain hors Etats-Unis - qui fournissent le gros de l'effort avec 3,5 mds par an - a précisé M. Stoltenberg.

"Notre message est clair : l'Afghanistan n'est pas seul. Nous sommes engagés à long terme", a-t-il souligné. "La situation dans ce pays est difficile et va continuer à l'être (...) Mais les forces afghanes font des progrès", a-t-il dit.

L'Otan a mis fin le 31 décembre 2014 à sa mission de combat en Afghanistan déclenchée après les attentats du 11 septembre 2001. "Soutien Résolu", centrée sur l'assistance à l'armée afghane, a alors pris le relais.

Les Alliés souhaitent transformer à terme cette présence en une mission civile, dirigée par un non-militaire, mais le regain de l'insurrection islamiste dans le pays a contrecarré ces plans.

Le président Barack Obama a même dû annoncer mercredi le maintien jusqu'en 2017 de 8.400 soldats en Afghanistan au lieu des 5.500 prévus.

La Maison Blanche s'est aussi résolue à donner un coup de main militaire au gouvernement afghan en laissant plus de marge de manoeuvre aux forces américaines pour intervenir dans les combats contre les insurgés.

Les Afghans peinent à contenir les talibans et subissent de lourdes pertes. Plus de 5.000 militaires et policiers ont été tués en 2015 et le bilan s'annonce tout aussi lourd cette année.

L'organisation Etat islamique, actuellement en difficulté en Irak et en Syrie, a en outre fait son apparition dans l'Est de l'Afghanistan courant 2015, gagnant des partisans notamment parmi les talibans.

Le commandant suprême des forces alliées en Europe, le général américain Curtis Scaparrotti, a averti qu'un échec en Afghanistan ferait de ce pays un sanctuaire pour des groupes comme Al-Qaïda et l'EI.

"Cela aura un impact sur toute notre campagne antiterroriste. On assistera aussi à un nouveau flux de réfugiés afghans si nous échouons", a prédit le responsable américain à Varsovie.

Les 28 ont aussi insisté sur la nécessité de poursuivre le processus de négociations entre le gouvernement de Kaboul et les talibans "afin de trouver une solution politique" à la crise, a souligné la chancelière allemande Angela Merkel.

Les insurgés font du retrait des soldats étrangers une condition préalable à la reprise de ces négociations, suspendues après de premières discussions directes en 2015.

vl-wat/via/ih