NOUVELLES
07/07/2016 12:37 EDT | Actualisé 07/07/2016 12:37 EDT

Science : L'Oesia, notre ancêtre qui ressemblait à un pénis

oenia

L'analyse du fossile d'un ver qui vivait sur le plancher océanique il y a 500 millions d'années donne de nouvelles perspectives sur l'évolution des premières créatures.

Un texte d'Alain Labelle

Des scientifiques britanniques (Cambridge) et canadiens (Toronto et Montréal) ont mis au jour les restes fossilisés bien préservés de l'Oesia disjuncta dans les schistes de Burgess situés dans les montagnes Rocheuses en Alberta, où il vivait à l'ère du Cambrien. Une découverte rare.

L'anatomie interne des restes fossilisés a été comparée à celle d'autres espèces, et les résultats montrent que l'Oesia appartient à un groupe primitif d'hémichordés. L'Oesia disjuncta dont la forme rappelle le pénis construisait des « maisons », des tubes perforés d'une cinquantaine de centimètres à partir du fond des océans. Il se nourrissait des nutriments qui se trouvaient dans l'eau et dans la boue qu'ils filtraient.

Jusqu'à ce jour, les biologistes pensaient que l'Oesia était une espèce d'algue.

Les fossiles d'Oesia sont assez énigmatiques puisqu'ils sont très rares. « Jusqu'à présent, nous ne pouvions pas prouver à quel groupe ils appartenaient. », explique le Pr Simon Conway Morris de l'Université Cambridge.

«Maintenant, nous savons qu'ils étaient des hémichordés primitifs, peut-être les plus primitifs de tous.» - Pr Simon Conway Morris

Différents exemples de fossiles de l'Oesia PHOTO : UNIVERSITÉ CAMBRIDGE

Un ancêtre commun

Les hémichordés sont des créatures qui appartiennent à un groupe plus large appelé deutérostomiens, dont les vertébrés (y compris les humains) forment une branche distincte.

Leur étude est donc au cœur de notre compréhension de la façon dont les deutérostomiens ont évolué.

Les chercheurs ont identifié une structure postérieure de préhension et un vaste pharynx. Ces caractères, ainsi que les ouvertures disposées en spirale dans le tube organique associé (précédemment affecté à l'algue verte Margaretia), confirment que l'Oesia pouvait s'alimenter d'éléments en suspension.

Cette façon de s'alimenter des hémichordés primitifs ajoute une preuve supplémentaire à l'hypothèse selon laquelle les deutérostomiens primitifs, nos ancêtres, se nourrissaient de la même manière.

Le détail de ces travaux est publié dans le journal BMC Biology.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

AUSSI SUR LE HUFFPOST :

INOLTRE SU HUFFPOST

Galerie photo
10 façons dont vos meilleurs amis vous rendent la vie plus belle, selon la science
Voyez les images