NOUVELLES
06/07/2016 09:38 EDT | Actualisé 07/07/2017 01:12 EDT

Tour de France - Mission impossible pour Contador

Alberto Contador a encore perdu du temps mercredi dans la 5e étape du Tour de France. Cela devient une mauvaise habitude pour l'Espagnol, affaibli physiquement par deux chutes et contraint à une course-poursuite quasi-désespérée.

A l'arrivée, il a presque sauvé les meubles. Lâché par ses rivaux, qui ont accéléré dans la dernière montée, Contador était visiblement dans le dur.

Un ultime effort lui a permis de passer la ligne d'arrivée, au Lioran (Massif Central), en 30e position, avec 33 secondes de retard sur quasiment tous ses adversaires pour la victoire finale à Paris (Chris Froome, Nairo Quintana, Richie Porte, Tejay van Garderen, Fabio Aru, sans oublier les outsiders français Romain Bardet, Thibaut Pinot, Warren Barguil ou Pierre Rolland).

Rien de catastrophique, certes, mais le passif s'ajoute aux 48 secondes lâchées dimanche à Cherbourg (ouest de la France), dès la 2e journée.

"C'est mieux que ce que j'espérais, je n'ai pas perdu trop de temps", confirmait-il à l'arrivée. "Je savais que Movistar allait faire la course à fond, je m'y étais préparé. J'étais un peu pénalisé aujourd'hui".

Le leader de Tinkoff ne pouvait espérer pire entame avec deux chutes dans les deux premières étapes qui ont laissé des traces. Touché des deux côtés, il ne s'en était pas caché à Cherbourg, lâchant: "Le corps va mal".

Mercredi, il en souffrait encore. "Les deux chutes des premiers jours m'ont fait mal, elles me font encore mal. Il ne faut pas perdre le courage et essayer de récupérer. Je n'ai pas perdu le moral, le public me soutient", a-t-il positivé.

- Bis repetita -

Dans un contexte aussi défavorable, et face aux bataillons Sky et Movistar partis pour verrouiller la course jusqu'à l'explication finale dans les Alpes, sa capacité à effectuer une "remontada" peut être mise en doute.

"C'était une journée très dure, très difficile. Je l'ai payé à la fin." Un aveu qui en dit long sur les souffrances endurées par le Madrilène, visiblement mal à l'aise sur son vélo, ce qui laisse craindre le pire pour la suite.

Car Contador a été lâché au Font de Cère, un petit col de 3e catégorie (3,3 km à 5,8%), dans une étape de moyenne montagne aux difficultés nettement inférieures à celles qui l'attendent dans les Pyrénées et les Alpes.

Le voici au pied d'une montagne, d'une course-poursuite très mal engagée: Contador (33 ans) compte 1 minute et 21 secondes de retard sur Froome, Barguil, Quintana, Aru, Rolland, Van Garderen et Bardet.

Un scénario qui rappelle la mauvaise série du double vainqueur (2007 et 2009) lors des précédents Tours, notamment celui de 2011, lorsqu'il avait chuté deux fois dans la première partie du parcours.

Suspendu en 2012, battu par Froome en 2013, Contador avait abandonné en 2014 lors de la 10e étape, après une grave chute dans les Vosges. En 2015, il n'avait rien pu faire face au Britannique, impérial dans la montée vers La Pierre-Saint-Martin (Pyrénées).

pyv/jm