NOUVELLES
06/07/2016 09:07 EDT | Actualisé 07/07/2017 01:12 EDT

Près de la moitié des emplois canadiens menacés par l'automatisation, selon une étude

Près de la moitié des emplois au Canada risquent d'être automatisés d'ici 10 à 20 ans, selon un rapport sur le marché de l'emploi en Colombie-Britannique publié par Labour Market Solutions.

L'étude révèle que 42 % des emplois canadiens feront face à l'augmentation de l'automatisation lors des deux prochaines décennies.

L'amélioration de la technologie et l'informatisation des tâches auront un impact indéniable sur le marché du travail, selon le rapport. Pendant des années, l'automatisation s'est limitée aux tâches manuelles de routine, mais avec l'arrivée récente de l'intelligence artificielle et de la robotique de pointe, cette tendance s'étend à des secteurs peu coutumiers, ajoute le rapport.

L'étude affirme que l'automatisation du travail touchera dans un premier temps les secteurs des transports, de la logistique, des emplois administratifs et de la production. Mais, à plus long terme, et avec le développement de la capacité de création et d'interaction des robots, cette tendance se généralisera et concernera aussi les emplois liés aux services, à la vente et à la construction.

« Nous ne croyons pas que tous ces emplois seront perdus. Beaucoup d'entre eux seront restructurés et de nouveaux postes seront créés », dit Sean Mullin, directeur du Brookfield Institute for Innovation + Entrepreneurship (BII+E).

Les emplois non menacés par l'automatisation sont liés à des compétences supérieures et à des rémunérations plus élevées. Le personnel d'encadrement et les emplois dans le domaine scientifique et de l'ingénierie ont peu de chance d'être menacés et seront toujours des professions en demande.

À l'inverse, les moins touchées par l'automatisation sont les infirmiers, toutes les catégories d'enseignants et les éducateurs.

En Colombie-Britannique, la proportion d'emplois menacés d'automatisation d'ici 10 à 20 ans est de 43 %, un chiffre légèrement supérieur à la moyenne canadienne.