NOUVELLES
06/07/2016 10:58 EDT | Actualisé 07/07/2017 01:12 EDT

Nouvelle réunion de "dialogue" entre l'Otan et la Russie le 13 juillet à Bruxelles (Stoltenberg)

L'Otan et la Russie vont tenter une nouvelle fois de "dialoguer" le 13 juillet à Bruxelles, quatre jours après le sommet des dirigeants de l'Alliance à Varsovie, a annoncé mercredi le secrétaire général de l'Otan Jens Stoltenberg.

Cette réunion, au niveau des ambassadeurs, "aura lieu le 13 juillet au siège de l'Otan à Bruxelles, rapidement après le sommet de l'Otan à Varsovie", a indiqué M. Stoltenberg dans un communiqué. La crise ukrainienne a provoqué de vives tensions entre Moscou et l'Alliance, et le Conseil Otan-Russie, une instance de dialogue, ne s'est réuni qu'une seule fois depuis juin 2014, en avril dernier à Bruxelles.

"Le Conseil Otan-Russie peut jouer un rôle important en tant que forum de dialogue et d'échange d'informations, afin de réduire les tensions et augmenter la prévisibilité", a souligné M. Stoltenberg.

"L'accent principal sera mis sur les questions de sécurité militaire dans la foulée des décisions qui seront prises au sommet de l'Otan à Varsovie", a précisé à l'AFP l'ambassadeur russe auprès de l'Alliance, Alexandre Grouchko.

"Nous espérons un dialogue franc et sérieux sur les problèmes relatifs aux activités accrues de l'Otan près des frontières russes et leur impact sur la sécurité et la stabilité en Europe", a ajouté M. Grouchko.

Pour protester contre l'annexion de la Crimée par la Russie et contre l'offensive des séparatistes prorusses dans l'est de l'Ukraine au printemps 2014 l'Otan avait suspendu toute coopération pratique avec Moscou, qu'elle accuse de soutenir les rebelles en armes et en troupes.

Et malgré les assurances de ses dirigeants que les canaux de dialogue politiques restaient "ouverts", les échanges se sont limités à quelques entrevues suivies de commentaires acrimonieux entre M. Stoltenberg et le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov.

Le 20 avril, les ambassadeurs des 28 pays de l'Alliance et leur homologue russe, Alexandre Grouchko, ont toutefois renoué le dialogue pour la première fois en 20 mois à Bruxelles.

M. Stoltenberg avait alors salué des "discussions franches" tout en reconnaissant que l'exercice ne réglait pas les "désaccords profonds" entre Moscou et l'Otan.

"Nos discussions se concentreront sur la crise dans et autour de l'Ukraine et sur la nécessité de pleinement mettre en oeuvre les accords de Minsk", censés régler le conflit, a-t-il précisé.

"Nous allons aussi examiner les activités militaires" alliées et russes, "en nous concentrant particulièrement sur la transparence et la réduction des risques", a expliqué le secrétaire général de l'Otan, alors que les incidents se sont multipliés depuis deux ans.

En novembre 2015, l'armée turque avait ainsi abattu un avion russe qui avait pénétré sur son territoire depuis la Syrie, ouvrant une grave crise diplomatique entre Ankara et Moscou.

Les avions de chasse de l'Otan interceptent régulièrement des appareils russes qui s'approchent de l'espace aérien des pays baltes, et en avril des appareils russes avaient survolé de près et "dangereusement", selon Washington, un navire et un avion de reconnaissance de l'armée américaine en mer Baltique.

"La situation sécuritaire en Afghanistan" sera également abordée, selon M. Stoltenberg.

axr/agr/ib