NOUVELLES
06/07/2016 08:17 EDT | Actualisé 07/07/2017 01:12 EDT

Les ennuis judiciaires du Barça et ses joueurs

Le FC Barcelone, deuxième club de football le plus riche du monde, à la réputation impeccable pendant longtemps, a depuis quelques années de plus en plus d'ennuis judiciaires, liés en grande partie à la fiscalité de ses joueurs.

Lionel Messi

Lionel Messi était visé par une enquête pour fraude fiscale depuis 2013 pour avoir tenté d'économiser 4,16 millions d'euros d'impôts dus au fisc espagnol au titre des revenus perçus pour l'utilisation de son image.

Il a été condamné mercredi, comme son père Jorge Horacio à 21 mois de prison. Ils devront en outre verser des amendes atteignant au total quelque 3,7 millions d'euros.

Jorge Horacio avait mis en place avec ses conseillers fiscaux un montage de sociétés basées au Royaume-Uni, en Suisse, au Belize et en Uruguay qui percevaient ces droits entre 2007 et 2009 afin d'éviter à Leo Messi de les déclarer en Espagne.

Neymar I:

Le transfert du brésilien Neymar en 2013 a tourné au cauchemar pour le club catalan. Dès 2014 la justice espagnole a mis le club en examen, de même que ses deux derniers présidents, pour fraude fiscale.

Le FC Barcelone avait assuré avoir déboursé 57,1 millions d'euros pour faire venir l'attaquant, sans faire état de contrats signés avec son club d'origine, le Santos, pour garder l'exclusivité du joueur en cas d'offre concurrente.

Sur les 57,1 millions quelque 40 avaient été versés directement à Neymar et pour la justice espagnole, cette somme aurait dû être déclarée comme "salaire". Mi-juin, le FC Barcelone a accepté une transaction pénale en vertu de laquelle il a versé une amende de 5,5 millions d'euros au fisc pour s'éviter un procès.

Neymar II:

L'affaire Neymar vaut aussi au club des ennuis avec un fonds d'investissement brésilien, DIS, propriétaire d'une partie des droits de Neymar. Ce fonds s'estime lésé parce que le Barça a interdit au Santos de chercher meilleur acquéreur de Neymar.

Il estime qu'il aurait aussi dû toucher davantage sur le transfert, celui-ci ayant au final coûté plus de 83,8 millions d'euros.

DIS a donc déclenché des poursuites visant le Santos, Neymar et son père et le Barça. L'instruction est menée à Madrid et le parquet a récemment requis que les anciens dirigeants du Barça et du Santos soient poursuivis pour escroquerie. Le ministère public souhaite par ailleurs que Neymar et son père soient renvoyés pour "corruption entre particuliers".

Mascherano:

Coéquipier de Messi avec le Barça et l'Argentine, Javier Mascherano a aussi été condamné pour une fraude fiscale liée à ses droits à l'image. Contrairement à Messi, le milieu défensif a reconnu sa faute pour éviter un procès, acceptant une condamnation à un an de prison pour une fraude de 1,5 million d'euros.

Dani Alves et Adriano:

Les latéraux brésiliens ont été les derniers à se rajouter à la liste de joueurs du Barça ayant des démêlés avec la justice. En mai, Adriano Correia a été visé par une plainte du parquet pour une fraude sur ses droits à l'image de 646.086 euros.

Fin juin, Dani Alves, tout juste transféré en Italie, à la Juventus, est apparu dans une liste officielle de débiteurs du Trésor public comme devant 1,3 million d'euros au fisc espagnol en 2015.

Sanction FIFA:

Le Barça a également affronté la justice sportive. En 2014, la FIFA a infligé au club catalan une interdiction de recruter pour une violation des règles sur le transfert de joueurs mineurs.

Le FC Barcelone, considérant cette sanction comme une attaque contre son centre de formation, a fait appel de la décision, sans succès, devant la FIFA puis le tribunal arbitral du sport (TAS).

Opération immobilière:

Mardi, un juge a par ailleurs annulé une vente de terrains du club à une société immobilière remontant à 2005.

Le club devra rembourser 47 millions d'euros, alors que le Barça comptait investir cette année 60 millions d'euros en transferts.

dbh/mck-av/ps