NOUVELLES
06/07/2016 09:55 EDT | Actualisé 07/07/2017 01:12 EDT

JO-2016 - Tirs contre des policiers d'élite venus protéger les sites olympiques

Une voiture de policiers d'élite de la Force nationale du Brésil a été visée par des tirs mardi, au premier jour du déploiement sécuritaire sur les sites olympiques des JO-2016 de Rio, a-t-on appris mercredi auprès du ministère de la Justice.

"Une voiture de la Force nationale rentrait d'une mission de reconnaissance quand elle a été visée par un tir. Un rétroviseur a été atteint, personne n'a été blessé. Les agents ont répliqué et l'échange de tirs a duré quelques secondes. Aucun assaillant n'a été interpellé", a déclaré un porte-parole du ministère à l'AFP.

Le véhicule se trouvait sur l'Avenida Brasil, une des principales artères de Rio bordée de favelas dans le nord de la ville.

Les autorités répètent que la sécurité sera assurée lors des premiers JO en Amérique sud (5-21 août), à l'image du ministre de la Défense Raul Jungmann qui a détaillé mercredi le déploiement des forces de l'ordre et son calendrier lors d'une conférence de presse à Rio.

"Six mille militaires sont déjà à Rio prêts à entrer en action et ce week-end commenceront les premières manoeuvres. Le 15 juillet les effectifs totaliseront 18.000 hommes et le 17 près de 22.000 militaires des trois forces armées. Ils s'ajouteront aux membres de la Force nationale et aux policiers locaux, soit un total de 80 à 85.000 hommes, un chiffre qui pourra augmenter selon les besoins", a précisé M. Jungmann.

Le dispositif, qui comptera 70 blindés et 28 hélicoptères, battra son plein à partir du 24 juillet, date de l'ouverture du village olympique à Barra da Tijuca (ouest). Les militaires surveilleront entre autres les axes routiers qui mènent aux sites olympiques.

- 'Retour à la normale' -

De janvier à fin avril, 1.715 personnes ont été tuées à Rio, soit 15,8% de plus que pendant la même période de 2015, selon un rapport de l'Institut de sécurité publique diffusé en mai. 52 policiers ont été tués dans cette période.

Cette hausse de la criminalité correspond à la grave crise budgétaire que traverse l'Etat régional de Rio qui ne payait que partiellement ses fonctionnaires depuis janvier.

Pour la deuxième fois en quinze jours lundi, une centaine de policiers avaient accueilli les touristes qui débarquaient à l'aéroport international de Rio, avec des banderoles en anglais où l'on pouvait lire "Bienvenue en enfer!" pour dénoncer les retards de paiement de leurs salaires et le manque de matériel allant du carburant au papier hygiénique.

Le ministre de la Justice, Alexandre de Moraes, a confirmé mercredi le déblocage d'une aide de 2,9 milliards de reais (79 M EUR) à l'attention de l'Etat régional de Rio, et estimé que "le retour à la normale au sein de la police va entraîner une baisse de la violence".

Il a précisé que les heures supplémentaires des policiers n'étaient plus payées depuis janvier et les salaires de mai et juin en retard. Même les primes qu'ils auraient dû recevoir pour le Mondial de foot 2014 n'ont été payées que mercredi.

Les ministres de la Justice et de la Défense ont minimisé une nouvelle fois mercredi le risque d'un attentat terroriste "possible" mais "pas probable" au Brésil, en soulignant "qu'aucune des agences de renseignements intégrées des 97 pays qui coopèrent avec le géant sud-américain n'a détecté de menace (terroriste) potentielle".

Avec quelque 500.000 visiteurs attendus, les autorités brésiliennes ont l'intention de reproduire pour les JO le modèle éprouvé avec succès au Mondial-2014 de football. Les policiers d'élite français du Raid notamment sont venus présenter leurs méthodes antiterroristes.

ybl-cdo/ps