NOUVELLES
06/07/2016 09:42 EDT | Actualisé 07/07/2017 01:12 EDT

France: le gouvernement réservé sur une refonte du renseignement

Le ministre français de l'Intérieur Bernard Cazeneuve s'est montré mercredi très réservé sur les propositons de refonte du renseignement émises la veille par une commission d'enquête parlementaire sur les attentats de 2015 à Paris.

Il s'est montré particulièrement sceptique sur la création d'une agence nationale du renseignement, préconisée par les députés pour améliorer la coordination entre les différentes entités aujourd'hui en charge du renseignement.

"Si elle devait être un guichet de plus là où vous pensez qu'il y en a déjà trop, nous serions dans une situation où nous aurions transformé le millefeuille que vous regrettez en plum pudding", a-t-il lancé dans l'enceinte de l'Assemblée nationale.

Soulignant qu'il existe déjà un coordinateur national du renseignement, Bernard Cazeneuve a également rétorqué: "Dès lors que nous serons en situation d'établir en quoi un directeur général apporterait plus qu'un coordinateur, nous pourrons évoquer cette question ensemble".

Son intervention a suscité la "plus vive consternation" du président de la commission d'enquête, Georges Fenech (opposition de droite).

"En rejetant d'emblée les conclusions du travail approfondi des trente parlementaires de toutes sensibilités confondues, qualifié avec morgue de +plum-pudding+, le ministre de l'Intérieur fait avec éclat et une suffisance sans égale la démonstration d'une dénégation de toute responsabilité dans l'organisation de ses services de renseignements dont la faillite a conduit aux massacres des mois de janvier et de novembre 2015", déclare le député dans un communiqué.

Ces attentats, revendiqués par le groupe Etat islamique (EI) ont fait 17 morts en janvier et 130 en novembre.

cld-fff/chp/pjl