NOUVELLES
06/07/2016 07:11 EDT | Actualisé 07/07/2017 01:12 EDT

Fonds pour Nathalie Normandeau : des ministres libéraux se dissocient de l'initiative

Sans surprise, les ministres du cabinet libéral de Philippe Couillard n'ont pas l'intention de contribuer au fonds pour venir en aide financièrement à l'ancienne vice-première ministre du Québec, Nathalie Normandeau.

Un texte de Julie Tremblay

et Caroline Cyr

« On va attendre de voir quel sera le résultat du processus », a d'abord déclaré la ministre responsable des Aînés et de la Lutte contre l'intimidation, Francine Charbonneau, à la sortie du conseil des ministres à Québec. 

« Mais je peux vous dire que comme être humain, un ensemble de processus qui fait qu'un engagement politique se finit comment ça, c'est excessivement triste. Et de juger avant la fin, ce l'est tout autant. »

Le ministre responsable de la région du Bas-Saint-Laurent, Jean D'Amour, a pour sa part affirmé, deux fois plutôt qu'une, qu'il n'aiderait pas à payer les frais juridiques de Nathalie Normandeau.

« Je ne me mêle pas de ça », a pour sa part déclaré le ministre de l'Énergie et des Ressources naturelles Pierre Arcand.

Quant à elle, la ministre de la Justice, Stéphanie Vallée, a refusé de commenter le dossier. « Ni de près ni de loin, je ne commenterai les dossiers qui sont devant les tribunaux, et surtout pas celui de madame Normandeau. »

La ministre déléguée à la Réadaptation, à la Protection de la jeunesse, à la Santé publique ainsi qu'aux saines habitudes de vie, Lucie Charlebois, a dit respecter l'initiative de citoyens gaspésiens, sans avoir l'intention d'y adhérer. 

Nathalie Normandeau a été arrêtée en mars dernier par l'Unité permanente anticorruption. Elle fait face à des accusations de complot, de corruption, de fraude et d'abus de confiance.