NOUVELLES
06/07/2016 02:41 EDT | Actualisé 07/07/2017 01:12 EDT

Euro-2016 - Allemagne: Höwedes, l'employé modèle

Jamais incontestable, mais pourtant indispensable: Benedikt Höwedes est capable de dépanner à gauche, à droite ou dans l'axe de la défense de l'Allemagne, où il doit être titularisé jeudi en demi-finale de l'Euro-2016 contre la France.

"Je suis le genre de type qui prend tout comme ça vient et qui dit: je vais me plier en quatre pour l'équipe". En une phrase, Höwedes, 28 ans, a résumé son rôle dans l'équipe d'Allemagne.

Celui d'un joueur modeste, travailleur, toujours prêt à aider là où l'équipe a besoin, à jouer là où son sélectionneur Joachim Löw, qui l'apprécie beaucoup, le lui demandera.

"Höwedes peut jouer dans différents systèmes et à tous les postes. C'est ce qui le rend si précieux. Il est toujours là quand on a besoin de lui. Pour un entraîneur, c'est quelque chose de formidable et pour moi ça vaut de l'or", l'a encore encensé Löw tout récemment.

Il faut dire que ce solide gaillard (1,87m, 80 kg), sait se rendre sympathique et a tout de l'"employé modèle". En 39 sélections avec la Mannschaft, il a évolué à tous les postes de la défense.

Joker de luxe quand Jerome Boateng ou Mats Hummels sont blessés ou suspendus, il a débuté l'Euro au poste d'arrière droit, alors qu'il avait disputé la totalité des matchs du sacre mondial brésilien au poste d'arrière gauche.

Höwedes est aussi une sorte de porte-bonheur, puisque l'Allemagne n'a perdu aucun des 17 matchs qu'il a débutés avec elle, et il fait toujours preuve d'un état d'esprit irréprochable.

Ainsi, lorsque Löw décide de lancer le jeune Joshua Kimmich (21 ans) à sa place au poste d'arrière droit contre l'Irlande du Nord, Höwedes est-il le premier à le féliciter de sa performance après le match.

- 'Excellent combattant' -

"Joshua a très bien joué. C'était une très bonne décision de le titulariser. Avec lui, on était plus dangereux devant", avait-il commenté, sans qu'on puisse douter de sa sincérité.

Un remplacement que Löw avait expliqué par sa volonté d'avoir un joueur plus porté vers l'avant qu'Höwedes, assez limité dans ce domaine.

"Je ne peux pas attendre de +Benny+ qu'il se projette systématiquement vers l'avant avec l'équipe, qu'il crée des surnombres et qu'il fasse des centres", avait reconnu le sélectionneur, après la victoire 1-0 contre les Nord-Irlandais.

"Mais je sais ce qu'il peut m'apporter: de la rigueur, une défense solide, un très bon jeu de tête. Ce sera capital pour nous" dans ce tournoi, avait-il poursuivi.

Aussi, quand le technicien a opté pour une défense à trois axiaux pour contrarier l'Italie en quarts de finale, c'est tout naturellement Höwedes qu'il a choisi pour compléter sa charnière, avant de lui délivrer un satisfecit appuyé après la qualification historique contre un adversaire que l'Allemagne n'avait jamais battu.

Höwedes "a très bien mené son affaire. C'est un excellent combattant. Son point fort c'est les duels, il a gagné presque tous ses duels aériens contre l'Italie. Il a livré un très beau combat physique avec Pellè, il a dominé son adversaire", avait souligné le coach.

Jeudi, pour la demi-finale face à la France à Marseille, il ne fait donc guère de doute qu'il sera appelé à pallier l'absence de Hummels, suspendu.

Son duel avec l'attaquant français Olivier Giroud promet d'être l'une des clés de ce match et on peut compter sur ce gars de la Ruhr - il est fidèle depuis 15 ans au club de Schalke - pour, une fois de plus, ne pas décevoir son coach.

hap/pgr/ig