NOUVELLES
06/07/2016 12:05 EDT | Actualisé 07/07/2017 01:12 EDT

Didier Deschamps défie sa troupe de réécrire l'histoire face à l'Allemagne

MARSEILLE, France — Le sélectionneur Didier Deschamps a lancé un défi à ses joueurs: d'inscrire leur nom dans l'histoire du football français en battant jeudi, en demi-finale de l'Euro 2016, l'Allemagne.

La France n'a pas gagné de trophée depuis le Championnat d'Europe 2000 et tente d'atteindre la finale d'une compétition majeure pour la première fois en 10 ans.

«On a une nouvelle page à écrire et les joueurs peuvent le faire, a déclaré Deschamps mercredi, à la veille du choc contre les champions du monde en titre. Cette page est vierge pour l'instant. Nous devons la noircir (jeudi).»

L'Allemagne a atteint les demi-finales à ses cinq derniers tournois. Elle a perdu la finale de l'Euro 2008, mais gagné le dernier Mondial 2014, au Brésil.

«On ne peut pas lutter sur le vécu avec l’Allemagne et son nombre de finales, a noté Deschamps. Mais nous allons y aller à fond. Je ne veux pas qu'on ne pense qu'à défendre. On peut créer du danger à l'adversaire.»

La France attend depuis longtemps une telle opportunité. Après la défaite aux tirs au but en finale de la Coupe du monde 2006 contre l'Italie, qui a marqué la fin de l'époque glorieuse de Zinédine Zidane, les Bleus ont connu une période sombre. Ils n'ont pas gagné un match à l'Euro 2008, pas plus qu'au  Mondial 2010.

Des participations aux quarts de finale de l'Euro 2012 et à la Coupe du monde 2014 — où elle s'est inclinée 1-0 devant l'Allemagne — ont restauré un tant soit peu la réputation de la France.

Mais une victoire face à l'Allemagne viendrait clore pour de bon une période trouble pour le football français, notamment marquée par une grève de ses joueurs lors du Mondial 2010.

Pour atteindre ce tournoi, la France avait bénéficié d'une main flagrante de Thierry Henry dans une victoire controversée en match de barrage contre l'Irlande. Il y a aussi eu la suspension de cinq rencontres imposée au capitaine Patrice Évra après la Coupe du monde 2010 et le manque de discipline à l'Euro 2012.

Puis, l'ascension vers l'Euro 2016 a été marquée par le débat entourant la présence ou non de l'attaquant Karim Benzema.

En laissant de côté celui qui est accusé de complot en vue de faire chanter son coéquipier Mathieu Valbuena, Deschamps fait l'impasse sur son joueur le plus talentueux au profit d'un vestiaire harmonieux.

«Tout n'a pas été facile, mais les joueurs ont fait ce qu'ils avaient à faire, a indiqué le sélectionneur, capitaine des Bleus lors de leurs conquêtes du Mondial 1998 et de l'Euro 2000. Je crois en eux.»

Jusqu'ici, ses choix ont rapporté dans ce tournoi.

Il est resté fidèle à l'attaquant Olivier Giroud malgré l'opinion publique et a été récompensé par trois buts.

Il a pris une chance avec le milieu de terrain inexpérimenté de Leicester N'Golo Kante, qui est maintenant l'un des joueurs les plus constants de son club.

Mais sa meilleure décision aura été de donner une autre chance à l'attaquant Dimitri Payet, le ramenant en sélection à la fin mars.

Jeudi, Deschamps s'attend à ce que les partisans des Bleus soient derrière ses troupiers au Vélodrome.

«Je suis convaincu que les partisans seront derrière nous. Ils auront leur rôle à jouer et nous avons besoin d'eux.»