NOUVELLES
06/07/2016 06:42 EDT | Actualisé 07/07/2017 01:12 EDT

Des propos antisémites relancent la guerre des chefs au sein du parti populiste AfD

Des propos antisémites d'un élu local du parti Alternative pour l'Allemagne (AfD) ont relancé la bataille pour le pouvoir au sein de ce mouvement de droite populiste, entre ceux qui veulent s'en dissocier et les autres.

Depuis sa naissance au printemps 2013, l'AfD, qui a surfé ces derniers mois sur les inquiétudes liées à l'arrivée d'un nombre record de migrants en Allemagne, est coutumière des luttes internes, tant de pouvoir qu'autour du cap politique plus ou moins radical à donner. Elles ont été encore avivées par ses récents succès électoraux dans des scrutins régionaux.

Le leadership de la responsable du mouvement, Frauke Petry, 41 ans, est contesté depuis plusieurs mois par Jörg Meuthen, 54 ans, le chef du parti dans le Bade-Würtemberg (sud), soutenu par des ténors de l'aile la plus dure du parti, le vice-président Alexander Gauland et le chef du parti en Thüringe (centre), Björn Höcke, avec en ligne de mire les élections législatives de 2017.

Cette lutte vient de connaître un nouveau sommet après des propos d'un élu AfD du Bade-Würtemberg, Wolfgang Gedeon, qui dans un livre intitulé "Le communisme vert et la dictature des minorités", écrit notamment que "le judaïsme du Talmud est l'ennemi intérieur de l'Occident chrétien" et s'étonne que les Allemands trouvent normal d'avoir érigé au coeur de Berlin un mémorial de l'Holocauste.

Patron de l'AfD dans cette région, M. Meuthen souhaitait voir exclu M. Gedeon mais n'a pas obtenu de majorité au sein de son groupe parlementaire. Frauke Petry ne lui a apporté aucun soutien.

Mardi, M. Meuthen a annoncé son départ avec une dizaine d'autres élus du groupe parlementaire régional, provoquant un électrochoc au sein du parti.

Dans la soirée, Mme Petry a finalement annoncé que M. Gedeon quittait le groupe, sans pour autant condamner ses propos, et apporté un soutien très tardif à M. Meuthen.

Ce dernier a cependant refusé d'en rester là. Après une rencontre mercredi avec Mme Pétry à Stuttgart où siège le Parlement régional du Bade-Wurtemberg, il s'est refusé à réintégrer le groupe parlementaire AfD et a créé avec douze élus lui étant fidèles un autre groupe, baptisé "Alternative pour le Bade-Wurtemberg".

Frauke Petry a pris acte de cette décision mais maintenu sa confiance aux élus qui avaient choisi de ne pas exclure M. Gedeon. "C'est le groupe parlementaire AfD dans le Bade-Wurtemberg", a-t-elle déclaré, tandis que les soutiens de M. Meuthen sont montés au créneau pour le défendre face à la responsable du mouvement.

A travers cette affaire, "certains voulaient causer du tort à M. Meuthen, c'est la raison de ce chaos", a ainsi déclaré M. Gauland, visant la dirigeante du parti.

Saluant la "position responsable" de M. Meuthen vis-à-vis de M. Gedeon, il a estimé que "tous" dans le parti auraient dû l'adopter depuis longtemps.

Le leader de l'AfD en Thüringe, Björn Höcke, a quant à lui souhaité que les différents protagonistes observent pendant quelque temps un "Pressemoratorium", une sorte de silence médiatique pour calmer les esprits.

elr/ylf/bds