BIEN-ÊTRE
05/07/2016 02:47 EDT | Actualisé 05/07/2016 02:48 EDT

Complètement «dada» de Zurich

Olivier Bourque

Dans la tête de certains voyageurs, Zurich est surtout une ville bancaire, siège social de Crédit Suisse ou un transit obligatoire lorsque vous volez avec la compagnie aérienne Swiss. En bref, on la voit comme une ville jeune et étudiante, mais polie et bien mise, un peu à l’image des Suisses.

Toutes ces caractéristiques sont vraies, mais on sait moins que la cité alémanique a un passé tout à fait subversif, berceau du mouvement intellectuel et artistique le plus excentrique du dernier siècle, le dadaïsme (fondé dans les années 1910). À la même période, la ville a aussi été le foyer d’accueil de Lénine, qui y passa un an avant de retourner en Russie en 1917 lors de la Révolution bolchévique.

D’ailleurs, il est possible de constater de visu la maison où a logé le tombeur du régime tsariste, au 14, Spiegelgasse, rue mythique située à l’époque en plein quartier malfamé et devenu l’endroit de prédilection des artistes fuyant la Première Guerre mondiale.

Un peu plus bas sur cette même rue (1, Spiegelgasse), a été créé le Cabaret Voltaire, lieu de naissance du dada (mouvement qui remettait en cause toutes les conventions).

Cette année, il faut d’ailleurs impérativement aller faire un tour à ce fameux cabaret qui a rouvert en 2004. La ville fête le centenaire de la création du dadaïsme par Hugo Ball et il y aura plusieurs manifestations pour célébrer l’anniversaire (expo notamment au Kunsthaus). Une autre bonne façon de vous immiscer à l’esprit non-conventionnel du mouvement est de faire une visite guidée des hauts lieux de sa naissance (informez-vous à l’Office touristique de Zurich situé à la gare de train).

Zurich, la jeune

Un siècle plus tard, Zurich est certainement beaucoup plus lisse, plus rangée que la ville qui accueillait la bohème européenne. Mais il y a encore un-je-ne-sais-quoi de différent, une graine de folie bien présente dans ses rues.

Premièrement, si vous faites un sondage, les jeunes vous diront que Zurich est la ville de fête par excellence en Suisse. Parfois, en soirée, on peut voir cette jeunesse aux abords de la Limmat, la rivière qui traverse Zurich, discutant bière à la main. Rien de dérangeant ou d’offensant pour les touristes, bien au contraire, les jeunes zurichois sont bien élevés, mais ils aiment investir leur ville.

D’ailleurs, le soir après l’école ou le travail, les terrasses sont pleines dans la vieille ville (Altstadt). Souvent, les habitants prennent un verre (on a vu beaucoup de Spritz, ce mélange de mousseux et d’Aperol qui donne l’aspect d’un Orange Crush !) et une bouchée avant de retourner à la maison.

Les jeunes travailleurs se donnent aussi rendez-vous à Zurich West, un ancien quartier industriel qui a été complètement revampé (plusieurs boutiques surtout dans le viaduc qui surplombe le quartier). La jeunesse cool y vient les soirs de semaine et la fin de semaine pour magasiner ou prendre un verre.

Un endroit vraiment étonnant est le Frau Gerolds Garten (Geroldstrasse, 22, 23a), un espèce de Bier Garten à l’allemande, mais qui a des allures de chapiteau de cirque. Le tout se passe en plein air, on peut manger et boire jusqu’à minuit. Sur la terrasse, on voit les trains arrivant ou partant de la ville. Pendant la saison froide, on construit un refuge et les gens peuvent manger une réconfortante fondue.

Autre incontournable: le restaurant Les Halles (Pfingstweidstrasse 6), formidable bistro à aire ouverte où l’on propose une cuisine méditerranéenne ou française avec une touche helvétique!

Nager en pleine ville

Une autre activité fortement conseillée: faites comme les Suisses et baignez-vous dans la rivière… en plein centre urbain! Étonnant comme proposition, mais c’est très populaire là-bas.

En fait, à Zurich, il y a 25 piscines intérieures ou ouvertes. C’est une véritable façon de vivre. Parfois, c’est réservé aux femmes (Frauerbad) et d’autres fois seulement aux hommes (Freibad).

Si vous voulez goûter à l’expérience, de retour de Zurich West vers la vieille ville, prenez la passerelle au-dessus de la Limmat. En bas de vous, des centaines de baigneurs pataugent dans la piscine fluviale Flussbad Unterer Letten (Wasserwerkstrasse, 141). En fait, les gens sautent à l’eau et se laissent porter par le courant. Et l’eau est d’un bleu parfait, turquoise…

Vous pouvez aussi vous baigner dans les eaux du magnifique Lac de Zurich qui se retrouve au sud-est de la ville (Seebad Utoquai). Et pourquoi ne pas flâner aux abords du plan d’eau ou prendre un bateau pour une promenade inoubliable (le quai d’embarquement est à Bürkiplatz).

La pièce de résistance: le Kunsthaus de Zurich

De retour en ville, il faut certainement aller faire un tour sur la Bahnofstrasse, la rue commerçante (l’une des plus chères du monde) où toutes les grandes marques s’affichent. Pour ceux qui aiment une aventure plus typique, on peut s’engouffrer dans les rues du quartier médiéval Niederdorf (rive droite de la Limmat), paradis des galeristes et antiquaires. On peut aussi manger et sortir le soir.

À cet endroit, visitez la Grande cathédrale (Grossmünster), magnifique église d’architecture romane, lieu de la réforme du protestantisme d’Ulrich Zwingli. Juste en face, de l’autre côté du Limmat, la Fraumünster, une autre église mythique de la ville avec ses vitraux de Giacometti et de Chagall. Rien de moins.

Non loin de là, le quartier de Schipfe est aussi très agréable pour la promenade. Marchez aux abords de la Limmat sous les arches des hôtels, c’est follement romantique. Le point culminant est le Lindenhof, joli parc et ancien fort romain où se retrouve un jeu d’échec géant. La vue sur la métropole est intéressante.

Si vous n’avez pas le temps de tout faire, nous vous conseillons néanmoins le Musée des beaux-arts de Zurich (le Kunsthaus) où l’on peut voir des œuvres phares signées Picasso, Monet ou Van Gogh.

Mais le plus impressionnant est la collection des peintres suisses. Franchement, il s’agit d’une immersion formidable qui permet aux visiteurs de découvrir des artistes méconnus des Nord-Américains comme Johann Heinrich Füssli et surtout Ferdinand Hodler, peintre iconoclaste et mystique qui donne un aura particulier au musée.

À goûter, vraiment!

Bien sûr, c’est un peu cher, mais craquez pour le chocolat du maître chocolatier Sprüngli et surtout les Luxemburgerli (les macarons) qui sont à tomber par terre. Des boutiques partout dans la ville!

Pour les amateurs de cuisine de rue, offrez-vous le fameux Bratwurst, une saucisse accompagnée d’un morceau de pain et de condiments. Ça dépanne et c’est tellement bon.

Cet article a été rendu possible grâce à l’invitation de l’Office touristique de Zurich. Nous avons été logés à l’Hôtel Sorell Rütli.

Galerie photo Le dynamisme de Zurich Voyez les images