NOUVELLES
02/07/2016 09:32 EDT | Actualisé 03/07/2017 01:12 EDT

Wimbledon - Djokovic voit s'envoler son rêve de Grand Chelem

Le tournoi de Wimbledon, encore très perturbé par la pluie samedi, a subi un coup de tonnerre avec l'élimination précoce du double tenant du titre Novak Djokovic, qui voit s'envoler son rêve de Grand Chelem calendaire.

Vaincu en deux jours par le robuste américain Sam Querrey en quatre sets (7-6 (8/6), 6-1, 3-6, 7-6 (7/5)), le N.1 mondial n'accomplira donc pas l'immense exploit de gagner en une année les quatre tournois majeurs.

Après ses succès à l'Open d'Australie, pour la sixième fois, puis son premier titre à Roland-Garros début juin, Djokovic avait fait la moitié du chemin. Mais pour imiter l'Australien Rod Laver, le dernier à avoir réussi ce prodige en 1969, il ne faut pas connaître de baisse de régime, comme cela a été le cas samedi sur le court N.1.

Djokovic n'était "pas à 100%". Il n'a pas voulu en dire davantage sur son état de forme mais n'a pas voulu non plus se servir de cette excuse, ni du mauvais temps qui a saucissonné son match. Vendredi, la partie avait été reportée à l'issue du deuxième set.

Samedi, pas moins de quatre interruptions ont terni le match. "Les conditions étaient les mêmes pour nous deux, a néanmoins souligné "Djoko". Sam a formidablement bien joué. Il a surtout très bien servi (31 aces) et a gagné des points facilement grâce à cela",

"J'ai eu une opportunité quand j'ai servi pour le gain du set dans la quatrième manche (5-4) mais je n'ai pas su la saisir", a ajouté le Serbe qui a manqué d'audace et a commis des erreurs directes (29 au total) à des moments clés de la partie.

- Manque d'audace -

C'est seulement sa deuxième défaite en dix matches face à Querrey. Les deux hommes ne s'étaient encore jamais affrontés sur herbe. Et le géant de Las Vegas (1,98 m), qui n'a certes pas le CV de Djokovic, mais avait gagné le Queen's en 2010, a su saisir sa chance.

Il est resté solide dans les échanges et a pris le jeu à son compte, avec beaucoup de fautes directes (50), mais aussi une avalanche de coups gagnants (56 à 32).

"J'ai vraiment bien négocié certaines balles de break", a apprécié Querrey qui atteint pour la deuxième fois seulement les huitièmes de finale (meilleur résultat) dans le "temple du tennis" où il affrontera le Français Nicolas Mahut.

Djokovic, lui, n'avait plus perdu si prématurément en Grand Chelem depuis sa défaite au troisième tour de Roland-Garros 2009.

Âgé de 22 ans à l'époque, il n'avait gagné qu'un seul de ses douze trophées majeurs et n'avait pas encore atteint un niveau stratosphérique. Entre 2011, début de son ascension et aujourd'hui, il a remporté 11 "Majors".

Depuis un an, il était devenu intouchable dans les grands tournois. Il avait remporté les quatre "Majors" à la suite entre 2015 et 2016, ce que ni Roger Federer, ni Rafael Nadal, ses deux plus grands rivaux, n'avaient réussi à faire.

- Opportunité pour Federer et Murray -

Le Serbe va maintenant prendre du repos et "passer du temps en famille". Il ne jouera pas le quart de finale de Coupe Davis à Belgrade (15-17 juillet) contre la Grande-Bretagne d'Andy Murray, tenante du titre.

Sa sortie de piste fait les affaires de ce dernier et de Federer, que Djokovic aurait pu rencontrer respectivement en finale et en demi-finale.

Sur le Central, recouvert de son toit, Murray a fait respecter la hiérarchie contre le modeste John Millman (6-3, 7-5, 6-2). Il s'agit de son 18e succès, pour aucune défaite, contre un joueur australien.

Federer, qui a eu le privilège de jouer ses trois premiers matches sur le "Centre court", était déjà qualifié depuis vendredi.

"Il a gagné sept fois le tournoi. Je ne peux pas me plaindre", disait, au sujet de la programmation réservée au Suisse, l'Allemand Alexander Zverev, le dernier à avoir gagné son match du deuxième tour, samedi contre le Russe Mikhail Youzhny.

Le retard accumulé est tel que les organisateurs ont décidé de faire jouer des rencontres dimanche, un jour d'habitude consacré à l'entretien des pelouses.

Ce n'est que la quatrième fois que des parties se dérouleront lors du "Middle Sunday", après les éditions 1991, 1997 et 2004.

ll/ps