NOUVELLES
02/07/2016 07:42 EDT | Actualisé 02/07/2016 07:43 EDT

Israël mène des frappes dans la bande de Gaza après une attaque à la roquette

Amir Cohen / Reuters
An Israeli flag flutters in the wind as a naval vessel (not seen) escorts the Mavi Marmara, a Gaza-bound ship that was raided by Israeli marines, to the Ashdod port May 31, 2010. REUTERS/Amir Cohen/File Photo

L'armée israélienne a frappé une série de cibles dans la bande de Gaza, tôt samedi matin, en réponse à une attaque à la roquette qui a touché une garderie dans la ville frontalière de Sdérot.

Aucun blessé n'a été rapporté, mais certains bâtiments ont subi des dommages. Ce regain de tensions dans la bande de Gaza survient alors qu'en Cisjordanie, des attaques contre des colons juifs ont mené au plus important renforcement militaire israélien dans la région depuis deux ans.

L'armée israélienne a indiqué avoir visé quatre lieux d'entraînement qui appartenaient à de hauts dirigeants du Hamas, le mouvement islamiste qui dirige la bande de Gaza. Vendredi soir, une roquette provenant de ce territoire palestinien avait touché une garderie où il n'y avait personne, un rare cas de tir de roquette réussi contre des installations civiles en Israël.

Un porte-parole de l'armée israélienne, le lieutenant-colonel Peter Lerner, a déclaré que l'attaque à la roquette était "un rappel horrifiant des intentions des groupes terroristes de la bande de Gaza de cibler des communautés, des gens, des hommes, des femmes et des enfants".

Vendredi, un tireur palestinien avait pris en embuscade une famille qui se déplaçait en voiture dans le sud de la Cisjordanie, tuant un homme israélien, en plus de blesser sa femme et leurs deux adolescents. La veille, un adolescent palestinien avait poignardé une Américano-Israélienne de 13 ans alors qu'elle dormait dans sa chambre.

Ces attaques ont poussé l'armée israélienne à déployer des centaines de soldats dans le secteur et à boucler la région de Hébron. L'entrée au sud de la ville la plus importante de Cisjordanie a été bloquée, coupant ses quelque 170 000 résidants palestiniens des autres villes et villages.

VOIR AUSSI: