NOUVELLES
02/07/2016 02:20 EDT | Actualisé 03/07/2017 01:12 EDT

Euro-2016 - Pays de Galles: Robson-Kanu, héros au chômage... pour l'instant

Le 30 juin, son contrat avec un club de deuxième division anglaise, Reading, arrive à son terme. Et le 1er juillet, Hal Robson-Kanu inscrit face à la Belgique l'un des buts les plus importants de l'histoire du pays de Galles, qui le qualifie pour les demi-finales de l'Euro-2016.

"Il était prêt à tout donner. Il cherchait une bataille, il allait en permanence au contact avec les défenseurs, il courait partout et, comme il est très costaud, c'est un cauchemar pour les défenses adverses", a résumé le sélectionneur gallois Chris Coleman après la victoire en quart contre la Belgique (3-1).

"On est ravis, ça fait plusieurs années qu'on travaille dur pour ça", a renchéri le joueur. "On a rendu la nation très fière de nous. Au début de la campagne qualificative on était considéré comme un outsider, mais on savait qu'on avait des qualités."

Cette qualification est historique puisque le pays de Galles participe à l'Euro pour la première fois de son histoire. Et Robson-Kanu y a pris une part essentielle: l'attaquant de 27 ans a mystifié trois Belges dans la surface sur une action de grande classe pour inscrire le 2e but gallois.

"C'est vrai qu'il y avait peut-être deux de ses coéquipiers qui étaient mieux placés, mais je savais qu'il allait tenter" sa chance, a expliqué Coleman. "Il y a beaucoup d'enthousiasme chez lui, il a failli manquer le tournoi parce qu'il s'est blessé lors de notre préparation au Portugal".

Robson-Kanu symbolise cette équipe du pays de Galles qui, dans l'ombre de la star Gareth Bale, fait le job malgré une étiquette de "sans grade" du football.

Les trois buteurs de vendredi sont des quasi inconnus sur la scène continentale: outre Robson-Kanu, le capitaine Ashley Williams évolue à Swansea où il effraie parfois par ses absences, et Sam Vokes vient d'être promu en Premier League avec Burnley. Mais eux vont jouer la demi-finale contre le Portugal de Ronaldo mercredi, quand les grands noms belges que sont Eden Hazard ou Kevin De Bruyne sont éliminés.

- Double homonymie -

Robson-Kanu a été formé enfant à Arsenal, qui n'a pas souhaité le conserver après ses 15 ans. Il est alors parti pour Reading, a connu la Premier League et la deuxième division anglaise et n'a jamais inscrit plus de 7 buts par saison (4,2 buts en moyenne).

Son contrat a expiré jeudi, sans que son club ne semble souhaiter le conserver. Le lendemain, il était élu par l'UEFA homme du match d'un quart de finale de championnat d'Europe.

Avant l'Euro, il n'avait marqué que deux fois en sélection, et il en a déjà fait autant en cinq matches de ce tournoi (il a également marqué contre la Slovaquie lors de la première rencontre).

Il aurait pourtant pu ne jamais porter le maillot du pays de Galles: né à Londres, il était international anglais dans les catégories de jeunes. C'est grâce à une ascendance galloise du côté d'une de ses grand-mères qu'il a pu rejoindre l'équipe au dragon en 2010.

Depuis, il est devenu l'un des joueurs préférés des supporters, qui ont inventé un chant à sa gloire: "Hal! Robson! Hal Robson-Kanu!".

Son patronyme lui-même n'est pas commun, puisque le joueur est le double homonyme de deux figures marquantes du foot anglais, l'ancien milieu et entraîneur Bryan Robson et l'ex-attaquant nigérian d'Arsenal Nwankwo Kanu.

Désormais au chômage, il ne devrait pas le rester longtemps. "Si j'étais président d'un club de Premier League, j'en ferais ma prochaine signature!", s'est emballé sur la BBC l'ancien buteur gallois John Hartson.

cda-thw/pr/adc