NOUVELLES
02/07/2016 04:55 EDT | Actualisé 03/07/2017 01:12 EDT

Euro-2016 - France: Giroud, le grand barbu qui fait peur aux Vikings

Mais qui est ce joueur dont parlent tous les Islandais ? Cet attaquant "puissant", "excellent dans le jeu aérien" ? Olivier Giroud, bien sûr, l'attaquant français au look de Viking, avec son 1,92 m, ses épaules larges, sa barbe et ses tatouages.

Les joueurs islandais, fans de Premier League, ont tous évoqué dans la semaine écoulée l'avant-centre d'Arsenal. Dans le public français, on cite son nom aussi, et désormais en bien.

Ils sont loin les sifflets qui avaient accompagné son échauffement à La Beaujoire le 31 mai, avant le match amical contre le Cameroun (3-2). Ce soir-là, Giroud n'a mis que 41 minutes pour les éteindre en marquant le 2e but français d'un plat du pied gauche. Ont suivi un doublé contre l'Ecosse (3-0) cinq jours plus tard à Metz et, surtout, l'ouverture du score de la tête contre la Roumanie en match d'ouverture du tournoi continental.

De quoi renforcer sa légitimité d'avant-centre numéro un des Bleus en l'absence de Karim Benzema, mis en examen dans l'affaire du chantage à la sex-tape contre Mathieu Valbuena. Un statut sur lequel il a longtemps lorgné et qu'il assume à bras-le-corps.

Même si après trois matches joués sur quatre, Giroud reste encore bloqué à un but dans la compétition, il a su contenir sa frustration due aux rares occasions qui se sont présentées. Il s'est sacrifié pour le collectif et s'est rendu utile différemment par une combativité de tous les instants et par son jeu de remise.

- Complémentaire de Griezmann -

La combinaison de ces deux qualités a abouti au deuxième but d'Antoine Griezmann face à l'Eire (2-1) en 8e de finale, avec ce duel aérien remporté entre deux défenseurs et qui s'est bonifié en passe décisive pour son jeune partenaire.

La semaine passée, dans L'Equipe, Giroud s'est confié sur cette façon de jouer bien à lui, que d'aucuns jugent peu académique, mais qui s'avère bien efficace. "Il faut être en capacité de lire le jeu très vite. Savoir où est ton défenseur, où tu es aussi, par rapport à la surface de réparation, ou encore si tu dois jouer en une touche ou plusieurs. La communication avec tes partenaires est alors très importante. Plus on s'approche du but, plus les espaces sont rares et plus l'adversaire est agressif au marquage. C'est ta faculté à être le plus juste techniquement qui va faire la différence".

Au cours de cette seconde période face aux Irlandais, la complémentarité entre Giroud et Griezmann a été criante dès lors que le deuxième a évolué dans la même zone axiale que le premier. Une association que Didier Deschamps pourrait décider de reconduire d'entrée face aux Islandais.

- "Un joueur-clé" -

Du haut de ses 192 centimètres, Giroud est un point d'ancrage qui aura son importance face à la charnière défensive taillée pour les airs de l'Islande.

"C'est quelqu'un d'important pour nous, il est beaucoup plus qu'un point d'appui, il est un danger permanent, devant le but il est assez adroit. C'est un joueur-clé de l'équipe, il a essuyé des critiques mais il montre qu'il est décisif comme face à l'Eire", a ainsi énuméré Bacary Sagna.

Griezmann peut en témoigner. Mais si l'altruisme est définitivement une des qualités premières du joueur d'Arsenal (29 ans), celui-ci n'en reste pas moins un buteur dans l'âme. Surtout ces derniers temps: sur ses 18 buts inscrits en 52 sélections, huit l'ont été lors de ses dix derniers matches.

L'homme est donc en forme, en confiance et déterminé. Avec son port altier, sa barbe impeccablement taillée, ses muscles saillants, Olivier Giroud fait penser à un gladiateur prêt à en découdre. Dans l'arène du Stade de France, une grosse bataille l'attend face aux Vikings. Ca plaira forcément à l'acteur Russell Crowe, le "Gladiator" au cinéma, qui s'est entiché des Islandais après avoir soutenu la Pologne.

nip/kn/pgr/adc