NOUVELLES
02/07/2016 15:10 EDT | Actualisé 03/07/2017 01:12 EDT

Euro-2016/Allemagne - Löw: "Un match dramatique"

Le sélectionneur allemand Joachim Löw, visiblement épuisé, a parlé d'un "match dramatique" pour le quart de finale remporté 6 tirs au but à 5 contre l'Italie (1-1 a.p.), sa bête noire, et il s'attend maintenant à rencontrer la France en demi-finale.

Q: Comment fait-on pour décider qui tire les tirs au but après un match aussi fou?

R: "C'était un match dramatique jusqu'au dernier tir. J'ai déjà vécu ça, en 2006 contre l'Argentine, par exemple. C'était un match au niveau tactique incroyable des deux équipes. Je crois qu'on a dominé sur le terrain. Le point fort des Italiens est de jouer dans l'axe et ils l'ont très bien fait. Mais le penalty était une action malheureuse, je ne pense pas que les Italiens auraient pu marquer dans le jeu. (Pour les tirs au but) Chaque joueur doit prendre la décision. Mesut (Özil) et Thomas (Müller) ont tout de suite dit qu'ils tireraient. J'ai demandé à Julian (Draxler), il m'a dit tout de suite oui. On a très vite trouvé les 5 premiers. Après, il faut laisser le joueur décider. On a d'habitude des bons tireurs qui ont raté leurs tentatives. Ce qui est super, c'est que les jeunots, Kimmich et Hector, pour leur premier grand tournoi, leur première séance de tirs au but, dans un stade avec autant de public, aient gardé leurs nerfs".

Q: Est ce que la décision de passer à une défense à trois a été dure à prendre?

R: "Vous savez, on discute sur ce genre de choses. Mais c'était vraiment nécessaire pour changer un peu l'équipe. Les Italiens jouent différemment des Slovaques, avec deux joueurs sur les côtés très haut et deux dans l'axe et un 4 contre 4 aurait été dangereux (en défense). Les automatismes des Italiens sont toujours les mêmes quand ils partent de derrière: d'abord sur les côtés, puis vers le centre et ensuite ils cherchent la profondeur. C'est assez prévisible. Ils le font très bien, mais c'est prévisible et on devait fermer l'axe pour les empêcher d'avoir des actions. Après le match contre de l'Italie contre l'Espagne, ça me semblait clair, c'était ma première pensée. Après la Coupe du monde, il me semblait évident qu'on devait élargir nos options. On ne pouvait pas jouer tout le temps pareil, on devenait prévisible. On devait travailler la défense à trois de temps à temps, on a joué quelques matches comme ça, donc ce n'était pas très dur pour l'équipe de s'y adapter. Pour la France ou un autre adversaire, on verra".

Q: Qui espérez vous affronter en demi-finale?

R: "Je vais attendre de voir. La France est certainement favorite à domicile avec une bonne équipe et des très bonnes individualités. L'Islande a surpris depuis le début du tournoi, c'est une équipe très bien organisée défensivement. Ce ne sera pas facile pour la France, mais si elle joue à son niveau, elle devrait arriver en demi-finale".

Propos recueillis en conférence de presse

hap/tba