NOUVELLES
02/07/2016 14:08 EDT | Actualisé 03/07/2017 01:12 EDT

Euro-2016 - Allemagne - Italie : Boateng a craqué mais Neuer sauve la nation

L'Allemagne, enfin victorieuse de l'Italie (1-1, 6 t.a.b. à 5) dans une compétition internationale, au terme d'un suspense et d'une séance de tirs aux buts ubuesque, peut remercier son portier Manuel Neuer, incapable d'arrêter le pénalty provoqué par Jerome Boateng, mais décisif dans la séance tirs au but.

. TOPS

NEUER SAUVE LA NATION. Il n'a eu qu'une seule intervention à faire durant la rencontre en déviant juste comme il faut le centre dangereux de Giaccherini devant le but (43e). Mais lors de la séance des tirs au but, il arrête deux pénalties dont celui qui offre la balle de match à Jonas Hector. Héroïque.

BUFFON GARDIEN DU TEMPLE. Le monument de l'Italie a encore une nouvelle fois été présent. S'il n'a rien pu faire sur l'ouverture du score d'Özil, Buffon a maintenu l'Italie à flots avec un arrêt réflexe de grande classe à peine trois minutes plus tard: sur un retour en catastrophe de Giorgio Chiellini devant Gomez, seul mais dos au but à deux mètres des cages, le portier de la "Nazionale" a claqué à bout portant le ballon au dessus de son but. Et lors de la séance des tirs au but, il stoppe tranquillement le pénalty de Müller. Mais il sort défait de son duel à distance avec Neuer en ne parvenant pas à arrêter le tir au but victorieux d'Hector.

LE SANG-FROID DE BONUCCI. Le patron de la défense, c'est Bonucci. De l'Italie aussi. Avec l'aide de Buffon, le stoppeur de la Juventus Turin a permis de garder sa sélection en vie en égalisant sur pénalty (78e) avec le même sang-froid qu'il a usé dans ses interventions défensives tout au long du match. Ce ne fut pas le cas de ses partenaires. Mais il l'a perdu au plus mauvais moment lors de la séance de tirs au but.

MESUT ÖZIL DECISIF... SAUF SUR PENALTY. Le métronome allemand, auteur d'un pénalty manqué face à la Slovaquie au tour précédent, s'est enfin montré décisif dans ce tournoi au meilleur moment. Après un excellent mouvement initié par Mario Gomez et un centre contré d'Hector côté gauche, le N.8 a surgi dans la surface devant Giaccherini pour ouvrir le score (65e) et inscrire son 20e but international. Mais lors de la séance des tirs au butss, il manque encore son pénalty. Heureusement sans conséquence pour les siens.

. FLOPS

MÜLLER ENCORE MUET. Le génial buteur de la Mannschaft a encore été muet lors du choc face à l'Italie. A l'image de sa frappe contrée par Chiellini à l'entrée de la surface (100e), l'homme aux 32 buts en 48 matches pour le Bayern Munich cette saison, n'a pas eu grand chose à se mettre sous la semelle pour forcer la décision et permettre aux siens de maintenir le rêve d'un doublé Mondial-Euro. Pis, il manque son pénalty face à Buffon lors de la séance de tirs au but.

L'OMBRE DE KHEDIRA N'A PAS QUITTE SCHWEINSTEIGER. Un coup de Chiellini a eu raison du solide Sami Khedira, contraint de sortir sur blessure à peine après le quart d'heure de jeu. Son remplacement par Bastian Schweinsteiger (15e), qui a pris le brassard de capitaine dans la foulée, n'a pas permis aux Allemands de régner sur le milieu de terrain face au combat physique proposé par les Italiens. Hormis une tête victorieuse entachée d'une faute grossière (26e), le milieu de Manchester United n'a été que l'ombre de lui-même à l'image de son pénalty largement manqué lors de la séance de tirs au but.

BOATENG CRAQUE SOUS LA PRESSION. Impeccable durant les trois-quarts de la rencontre, à l'image de ses deux sauvetages dans la surface (30e, 43e), le voisin préféré des Allemands a craqué au plus mauvais moment alors que son équipe se dirigeait tranquillement vers la demi-finale. Sur un corner sans danger, le défenseur du Bayern Munich est coupable d'une faute de main grossière dans la surface qui amène l'égalisation italienne. Il se rattrape en inscrivant son tir au but.

ZAZA COACHING PERDANT DE CONTE. L'attaquant italien, qui n'est entré qu'à la 120e minute, n'a eu qu'une seule mission de la part de son sélectionneur : réussir son tir au but. Premier italien à manquer sa tentative, il est l'un des héros malheureux de la terrible séance de pénalties. La seule fausse note de la symphonie tactique d'Antonio Conte dans ce tournoi.

yk/jcp