NOUVELLES
02/07/2016 04:53 EDT | Actualisé 03/07/2017 01:12 EDT

Cinq phrases que celles qui ne veulent pas d'enfant entendent tout le temps

Dès l'adolescence, Sonja Lishchynski savait qu'elle ne voudrait pas d'enfant. À 20 ans, elle a même demandé une hystérectomie... que son médecin a refusé de pratiquer. Elle a dû attendre ses 40 ans pour obtenir l'intervention. Ne pas avoir d'enfant a été pour elle une décision délibérée et mûrement réfléchie.

À 43 ans, Sonja, qui habite à Ottawa, doit encore se justifier. Elle sent que la société attend qu'elle ait le désir d'être mère. Voici les cinq commentaires qu'on lui fait couramment :

1) « Tu vas changer d'avis »

« Ça fait 23 ans que je dis : "Non, je ne vais pas changer d'avis!" », lance Sonja. Et ce commentaire revient, malgré le temps qui passe. « Je dirais que le pire a été entre 35 et 40 ans », lorsque l'horloge biologique commence à faire tic tac.

Souvent à cet âge-là, les amies ont également un deuxième ou un troisième enfant, et elles tentent de lui communiquer ce désir d'enfanter. « Je disais : "Vous ne comprenez pas : je n'ai pas envie de vivre ça!" Ce n'est pas ce que je recherche. », explique Sonja.

2) « Tu vas le regretter »

Sonja a pris sa décision sans aucun regret. Elle pense également qu'il y a davantage d'enfants non planifiés que d'enfants attendus.

« Je trouve ça drôle qu'on accepte facilement que quelqu'un ait un enfant, alors que ce n'était pas planifié », note-t-elle. « Mais on accepte beaucoup plus difficilement que quelqu'un n'en ait pas, parce que c'était planifié de ne pas en avoir. »

3) « Tu ne vas jamais connaître ce que c'est le vrai amour »

Ce commentaire entendu maintes fois fait vivement réagir Sonja. « C'est vraiment de dire que mon couple compte pour rien. [...] Je trouve ça terriblement triste », souligne-t-elle.

Le défi reste cependant de trouver un conjoint qui ne souhaite pas avoir d'enfants et qui a pris cette décision consciemment. Il est essentiel, selon elle, de mettre cartes sur table dès le départ, afin d'éviter tout malentendu.

4) « Tu aurais été tellement une bonne mère »

Pour Sonja, l'instinct maternel peut se traduire autrement que par le fait d'avoir des enfants. « J'ai un instinct maternel très fort, mais moi, c'est pour les animaux », dit-elle.

« Ce besoin de materner, on peut le combler d'une autre façon », ajoute-t-elle. « On n'est pas nécessairement obligés de faire entrer dans le monde un enfant - dans un monde qui, de mon point de vue, est terriblement surpeuplé. »

5) « C'est égoïste de ne pas avoir d'enfants »

Sonja adore l'univers des enfants. À preuve : elle écrit des livres pour les tout-petits.

Elle reconnaît cependant qu'il est difficile de maintenir le contact avec ses amies, lorsqu'elles deviennent mères.

« C'est souvent triste quand mes amies ont eu des enfants et que, tout d'un coup, je ne les vois plus », note-t-elle, « parce qu'elles pensent que je ne veux plus savoir ce qui se passe dans leur vie, que je ne vais pas comprendre. »

Mais Sonja garde sa porte toujours ouverte pour ses amies, qui auraient besoin de prendre une « pause enfants » et de discuter autour d'un café.