NOUVELLES
02/07/2016 03:11 EDT | Actualisé 03/07/2017 01:12 EDT

Bangladesh: L'Italie "a subi une perte douloureuse" (Renzi)

Le chef du gouvernement italien, Matteo Renzi, a vivement condamné samedi l'attaque qui a fait 20 morts, dont plusieurs Italiens, à Dacca, assurant que l'Italie avait subi "une perte douloureuse" mais que ses valeurs restaient les plus fortes.

Dans une courte allocution retransmise à la télévision, M. Renzi n'a pas confirmé le nombre de victimes italiennes, expliquant qu'il fallait d'abord prévenir les familles.

Selon des sources du ministère des Affaires étrangères citées par les médias à Rome, il y avait 11 Italiens dans le restaurant au moment de l'attaque, et un seul d'entre eux a pu s'échapper.

"Nous avons suivi toute la nuit le déroulement des événements en espérant une issue différente", a déclaré M. Renzi en dénonçant la "énième tragédie d'un extrémisme radical de matrice islamique qui continue de faire couler le sang innocent dans tant de parties du monde".

"Nous sommes comme une famille qui a subi une perte douloureuse mais qui n'a pas la moindre intention de donner raison à qui pense que la destruction de nos valeurs est un objectif auquel consacrer sa propre existence. Nous sommes plus forts", a-t-il martelé.

Evoquant les victimes italiennes des attaques du Bataclan à Paris ou du Bardo à Tunis, il a ajouté: "Même s'il y a 8.000 km entre la Tunisie et le Bangladesh, la trace de sang est la même".

"Les terroristes veulent arracher ce qui fait le quotidien de nos vies. Nous avons le devoir de répondre avec encore plus de force avec l'affirmation de nos valeurs, des valeurs de liberté dont nous sommes fiers et qui sont plus fortes que la haine et la terreur", a-t-il insisté.

Dans cette attaque, des preneurs d'otages lourdement armés ont tué 20 étrangers dans un restaurant, la plupart à l'arme blanche, avant que les forces de sécurité ne mettent fin samedi à cette attaque revendiquée par l'Etat islamique en abattant six assaillants.

fcc/ia