NOUVELLES
02/07/2016 05:53 EDT | Actualisé 03/07/2017 01:12 EDT

Avec Radulov, Marc Bergevin complète un impressionnant virage

BILLET - Comme le reste de son équipe, Marc Bergevin n'a pas connu une grande saison 2015-2016. Mais rendons au DG ce qui revient au DG : son été 2016 est exceptionnel.

Un texte de Martin Leclerc

Vendredi, pendant que ses confrères lançaient quelque $430 millions par les fenêtres et consentaient des ententes ridiculement longues à des joueurs autonomes trentenaires, Marc Bergevin a opté pour une alternative brillante en mettant la main sur l'attaquant russe Alexander Radulov pour une seule saison, au coût de $5,75 millions.

Radulov, qui était capitaine du CSKA Moscou dans la KHL, est probablement le plus talentueux des attaquants qui se trouvaient en vitrine à l'ouverture du marché, à midi.

La dernière fois que j'ai vu jouer Radulov en personne, c'était à Sotchi, il y a deux ans et demi. J'avais alors eu la chance d'assister à tous les matchs des Russes, et Radulov avait clairement été le meilleur attaquant de son équipe.

Pendant qu'Alex Ovechkin et Evgeni Malkin avaient du mal à trouver leurs repères, Radulov jouait avec une impressionnante férocité. C'étaient lui et Pavel Datsyuk qui transportaient l'attaque de leur équipe nationale sur leurs épaules. Ils avaient d'ailleurs été les deux meilleurs marqueurs de leur pays.

***

Alexander Radulov n'est pas un ange.

Dans la LNH, beaucoup de gens ne lui ont pas pardonné d'avoir tourné le dos aux Predators de Nashville, en 2008, alors qu'il avait encore une saison de contrat à écouler.

Radulov, qui n'était alors âgé que de 21 ans, venait de connaître une saison de 26 buts et 32 passes (58) quand il a décidé de rentrer jouer dans son pays. Le Salavat Yulayev de Oufa lui offrait un salaire nettement supérieur à celui qu'imposait la convention collective de la LNH aux jeunes joueurs qui écoulent leur premier contrat. Et aucune entente bilatérale n'obligeait alors les clubs de la KHL à respecter les contrats de la LNH.

En 2012, les Predators sont parvenus à ramener Radulov (alors âgé de 25 ans) dans leur giron dans le dernier droit du calendrier régulier. Mais en séries, à la veille du troisième match de la demi-finale de conférence opposant les Predators aux Coyotes de Phoenix, Radulov avait violé le couvre-feu en compagnie du beau Andrei Kostitsyn, dont les partisans du CH se souviennent très bien.

Avec l'accord des autres joueurs des Predators, dont le capitaine Shea Weber, Barry Trotz avait alors rayé les deux fautifs de l'alignement.

***

Ironiquement, ce sont les frasques passées de Radulov qui ont permis au Canadien de mettre la main dessus sans s'engager plus loin qu'une petite année de contrat. Malgré le talent de Radulov, peu d'organisations étaient prêtes à flirter avec lui.

Entendons-nous sur une chose : si les jeunes hockeyeurs qui manquent de maturité n'obtenaient jamais de seconde, de troisième ou de quatrième chance avant de trouver le droit chemin, il ne resterait plus grand monde dans la LNH.

Fait rassurant : outre le Canadien, qui compte un solide réseau de contacts en Russie, les Red Wings de Detroit (qui ont aussi de solides assises dans ce pays) étaient aussi en négociation avec Radulov. Et ils étaient prêts à s'engager pour deux saisons.

Bergevin a notamment contacté son ancien coéquipier Sergei Fedorov (maintenant directeur général du CSKA Moscou). Ce dernier aurait assuré que Radulov était l'un de ses leaders et que l'attaquant mène désormais une vie rangée avec sa femme et son jeune fils.

Le nouveau défenseur étoile du CH, Shea Weber, se serait aussi montré rassurant quand Bergevin l'a invité à tracer un portrait de Radulov.

Cela dit, l'embauche de l'ex-vedette des Remparts de Québec n'a absolument rien à voir avec celle d'Alex Semin, que le CH avait tentée au mois d'août 2015. Semin était au bout du rouleau depuis trois ans et Bergevin lui avait lancé une poignée de monnaie en espérant qu'il ressuscite sa carrière.

Radulov, quant à lui, est susceptible d'offrir 25 buts et plus au Tricolore. Son talent ne fait aucun doute.

***

En l'espace de huit jours, Marc Bergevin est donc parvenu à changer le visage de son équipe de façon significative, en s'attaquant de front à des problèmes qui semblaient insolubles depuis plusieurs saisons.

a) Le manque de punch offensif de la formation : le DG du CH s'est attaqué à cette lacune en faisant l'acquisition de Shea Weber (l'un des rares marqueurs de 20 buts parmi les défenseurs de la LNH) et de Radulov. À eux seuls, Weber et Radulov pourraient permettre au CH de marquer 25 buts de plus la saison prochaine. Cet apport placerait l'attaque du Canadien parmi les cinq meilleures de la LNH.

b) Les sous-performances de l'attaque massive : la saison dernière, Shea Weber a inscrit 12 buts de plus que P.K. Subban en avantage numérique. Aucun autre défenseur de la LNH n'a marqué plus souvent que Weber en supériorité numérique au cours des trois dernières saisons. Cette seule plus value suffirait à faire bondir cette unité spéciale du CH du 25e rang au 6e rang dans la ligue.

Ajoutez maintenant Alexander Radulov à cette unité, et confiez-là à Kirk Muller. Vous êtes dans le trèfle jusqu'aux genoux.

c) Les problèmes de leadership soulignés par plusieurs joueurs au terme de la saison et le manque de caractère de la formation sur la patinoire: Bergevin a fait l'acquisition d'Andrew Shaw et de Shea Weber, deux leaders qui feront instantanément l'unanimité dans le vestiaire et dont le niveau de férocité sur la patinoire est reconnu.

d) Un flanc droit dégarni : comme je le soulignais dans cette chronique en décembre dernier, depuis l'arrivée de Marc Bergevin à la tête du CH, les ailiers droits qui s'étaient succédés au sein du second trio montréalais avaient collectivement cumulé une moyenne de 13 buts et 17 passes par saison. Ça ne faisait pas des enfants forts, comme on dit chez nous.

Avec les acquisitions de Radulov et Shaw, le CH compte désormais deux ailiers droits dignes de ses deux premiers trios (Gallagher et Radulov) et l'un des meilleurs ailiers droits de troisième trio de la LNH en Andrew Shaw.

e) La nécessité de protéger l'équipe en cas de blessure à Carey Price : Bergevin a mis la main vendredi sur le vétéran gardien Al Montoya, qui secondait Roberto Luongo chez les Panthers de la Floride. Âgé de 31 ans, Montoya a beaucoup de vécu dans la LNH. La saison dernière, sa moyenne d'efficacité de ,919 et sa moyenne de buts alloués de 2,18 le plaçaient respectivement aux quatrième et deuxième rangs parmi les gardiens réservistes de la LNH (ayant obtenu entre 15 et 30 départs).

Marc Bergevin ne pouvait se permettre d'entreprendre la prochaine saison à découvert (avec un gardien auxiliaire inexpérimenté comme Mike Condon) à cette position stratégique. Répéter cette erreur aurait pu lui coûter son poste.

***

Il y a moins de trois mois, au lendemain du bilan de saison de la direction du Canadien, j'avais posé cette question : Où est passé le Marc Bergevin d'il y a quatre ans?

Ses actions des huit derniers jours constituent une tonitruante réponse.

Bergevin vient d'établir clairement qu'il est un gestionnaire capable de prendre des décisions courageuses et audacieuses. À travers la LNH, très peu de directeurs généraux auraient eu suffisamment de colonne pour poser leur tête sur le billot et virer la cabane à l'envers comme le patron du CH vient de le faire.

C'est franchement impressionnant.