NOUVELLES
02/07/2016 01:12 EDT | Actualisé 03/07/2017 01:12 EDT

Attaque de l'EI au Bangladesh : 20 morts et 13 otages libérés

Vingt personnes ont été tuées dans l'attaque d'un restaurant de Dacca, la capitale du Bangladesh, par un commando islamiste, a déclaré samedi un porte-parole de l'armée bangladaise.

Les victimes seraient pour la plupart des ressortissants étrangers, principalement d'origine italienne ou japonaise. Elles ont été tuées vendredi soir à l'arme blanche, a précisé le général Naim Asraf Chowdhury.

L'armée du Bangladesh a affirmé que la nationalité de chacun demeurerait secrète pour quelques heures, mais le ministère italien des Affaires étrangères a annoncé qu'au moins neuf Italiens étaient décédés.

Ces morts s'ajoutent à celles de six assaillants tués, annoncé auparavant par la police.

Le lieutenant-colonel Masood, du bataillon d'action rapide, a déclaré à la chaîne indienne Times Now qu'il pensait que six à dix hommes armés avaient participé à l'attaque revendiquée par le groupe armé État islamique (EI).

« Nous en avons abattu six. Nous fouillons le secteur », a-t-il déclaré. Un septième assaillant aurait déjà été capturé vivant.

Le général Naim Asraf Chowdhury a également confirmé que 13 otages avaient pu être libérés sains et saufs du restaurant lors de l'assaut donné samedi matin par les forces de sécurité après douze heures de siège. Deux Sri-Lankais et un Japonais figurent parmi ces otages libérés, a-t-il dit.

Plusieurs hommes armés s'étaient retranchés dans le restaurant du Holey Artisan, situé dans le quartier chic de Gulshan, vers 21 h, heure locale. Ils retenaient une

vingtaine d'otages avant que la police donne l'assaut. Au moins deux policiers ont également été tués, ont déclaré les autorités.

Les assaillants, qui auraient été armés de fusils d'assaut et de grenades, ont échangé des tirs sporadiques avec la police à l'extérieur, quelques heures après le début de l'attaque.

Deux ressortissants bangladais sont parvenus à s'échapper du restaurant et souffrent de blessures par balle.

La situation suivie de près en Italie et au Japon

Sept Italiens étaient au nombre des otages, rapporte la télévision publique italienne citant l'ambassadeur d'Italie au Bangladesh. D'après l'ambassadeur Mario Palma, les sept ressortissants italiens sont des hommes d'affaires.

Au ministère italien des Affaires étrangères, une source a déclaré qu'un Italien avait réussi à s'échapper. Selon des médias italiens, c'est lui qui aurait dit aux forces de sécurité que sept de ses compatriotes se trouvaient toujours à l'intérieur de l'établissement.

À Tokyo, le gouvernement japonais a déclaré qu'un de ses ressortissants avait été blessé par balle avant d'être évacué par la police. Sept autres Japonais dînaient au restaurant quand l'attaque s'est produite, mais les autorités nippones n'ont pas pu les joindre, a déclaré le secrétaire général adjoint du cabinet Koichi Hagiuda.

Le département d'État américain a confirmé que tous les Américains travaillant à la mission américaine étaient localisés.

La violence islamiste est à la hausse au Bangladesh ces derniers temps. Plusieurs attaques ont visé des personnes athées et des minorités religieuses dans ce pays, majoritairement musulman, de 160 millions d'habitants. Les attaquants ont pour habitude de se servir de machettes.

Les islamistes ont tué deux étrangers l'an dernier, ce qui a conduit plusieurs sociétés occidentales ayant des intérêts dans le secteur textile bangladais à cesser temporairement leurs visites à Dacca.

Le groupe armé État islamique et Al-Qaïda ont chacun revendiqué des attaques au Bangladesh. Le gouvernement dément l'implication de groupes étrangers et montre du doigt deux groupes locaux, Ansar-al-Islam, et Jamaat-ul-Mujahidine.