NOUVELLES
01/07/2016 12:30 EDT | Actualisé 02/07/2017 01:12 EDT

Wimbledon - Le rayon de soleil Del Potro, malgré la pluie

La victoire du revenant argentin Juan Martin Del Potro contre Stan Wawrinka est le fait sportif marquant d'une 5e journée de Wimbledon à nouveau perturbée par la pluie - de nombreux matches interrompus en fin d'après-midi -, ce qui a poussé les organisateurs à programmer des matches dimanche, une décision très rare.

LE MIRACULÉ

Les rumeurs de retraite allaient bon train en début de saison concernant Del Potro. Après trois opérations des poignets et deux années quasi-blanches, le lauréat de l'US Open 2009 et demi-finaliste à Londres en 2013, se demandait lui-même s'il retrouverait son meilleur niveau à 27 ans. Sa victoire sur le "Centre court" contre le Suisse Stan Wawrinka, N.5 mondial, en quatre sets (3-6, 6-3, 7-6 (7/2), 6-3) va lui redonner de l'espoir et de l'ambition. L'émotion était visible dans les yeux brillants de la "tour de Tandil" (1,98 m), fière d'avoir battu "l'un des meilleurs joueurs du moment". "La foule a été formidable. C'est une superbe émotion parce que je rejoue au tennis", a souligné l'ancien N.4 mondial (actuel 165e) après une partie dans laquelle il a profité des nombreuses fautes directes de Wawrinka (48 contre 25). Son succès reste toutefois à nuancer, dans la mesure où l'herbe est la moins bonne surface du Suisse, vainqueur de Roland Garros 2015 sur terre battue et de l'Open d'Australie 2014 sur dur.

SERENA A TRAINÉ

La reine de la WTA et tenante du titre a peiné pour battre sa compatriote Christina McHale, 65e mondiale, (6-7 (7/9), 6-2, 6-4) et accéder vendredi au troisième tour. "Elle joue toujours très bien contre moi", a commenté l'Américaine après le match. McHale lui avait en effet pris un set cette année à Miami, avant de perdre. Elle l'avait aussi poussée dans un tie-break au premier set de leur duel à Rome, finalement remporté en deux manches par la N.1 mondiale. Il n'empêche que Serena s'est compliqué la vie en gaspillant 14 balles de break sur 19 possibles et en manquant une balle de set dans la première manche. Sinon, c'est quand même elle qui a dicté le jeu avec 54 coups gagnants - mais aussi 40 fautes directes.

DJOKOVIC SAUVÉ PAR L'AVERSE?

Le N.1 mondial et double tenant du titre était en grande difficulté lorsque la pluie a fait son retour, au bon moment pour lui. Sam Querrey menait 2 manches à rien (7-6 (8/6), 6-1) grâce notamment à son puissant service (9 aces). Djokovic n'avait jusqu'ici jamais perdu de set contre l'Américain qu'il a d'ailleurs battu 8 fois sur 9. Il aura la nuit pour se remettre de ses péripéties et tenter d'éviter une première élimination au troisième tour d'un tournoi majeur depuis Roland Garros 2009. Ce serait un véritable coup de tonnerre car le Serbe a remporté les quatre derniers trophées du Grand Chelem, une première depuis 47 ans.

VIVEMENT DIMANCHE

Pour rattraper le retard supplémentaire causé par la pluie, les organisateurs ont décidé de programmer des matches ce dimanche, un jour traditionnellement dédié à l'entretien des pelouses. Une décision annoncée sur Twitter dans la soirée de vendredi. Jouer lors du "Middle Sunday" n'est arrivé que trois fois dans l'histoire du tournoi: en 2004, 1997 et 1991. Vendredi, le mauvais temps a encore fortement perturbé les courts à l'exception du Central, le seul équipé d'un toit. Les matches sur les courts N.2 à 18 ont notamment débuté avec quatre heures de retard.

LES PHRASES

- "Je me sens vivant." De Del Potro après sa victoire.

- "Chaque saint a un passé, chaque pécheur un avenir." Une citation d'Oscar Wilde tatouée sur l'avant-bras gauche du Britannique Daniel Evans, adversaire vendredi de Roger Federer.

- "J'avais envie de finir. Je ne traînais pas sur la chaise lors des changements de côté." Du Français Jo-Wilfried Tsonga qui en voyant les nuages redevenir menaçants, s'est dépêché d'écarter l'Argentin Juan Monaco, vaincu avant le retour des averses (6-1, 6-4, 6-3).

LE CHIFFRE

44 - Le nombre de tournois du Grand Chelem joués d'affilée - depuis l'US Open 2005 - avec le statut de tête de série par le Tchèque Tomas Berdych, vainqueur au deuxième tour de l'Allemand Benjamin Becker. Seul Federer a fait mieux (59).

ll/sim/jco