NOUVELLES
01/07/2016 07:20 EDT | Actualisé 01/07/2016 07:25 EDT

Onze nouvelles arrestations après l'attentat d'Istanbul

Les arrestations ont été effectuées à l'aube par une section antiterroriste de la police turque dans le quartier Basakeshir d'Istanbul. Les dernières arrestations portent à 24 le total d'interpellations depuis le triple attentat d'Istanbul qui a fait 44 morts et plus de 200 blessés, selon le plus récent bilan de l'attaque.

Trois kamikazes ont ouvert le feu sur les voyageurs présents à l'aéroport international d'Istanbul, mardi, avant de se faire exploser, tour à tour, dans la foule. Originaires d'anciennes républiques soviétiques de l'ex-URSS, les trois kamikazes sont d'origine russe, ouzbek et kirghize.

Les trois kamikazes avaient prévu de prendre des dizaines de voyageurs en otage avant de déclencher leur charge explosive.

Le bilan du triple attentat aurait pu être beaucoup plus élevé si les terroristes n'avaient pas été interceptés par un policier à l'entrée du terminal de l'aéroport international d'Istanbul, selon le quotidien Sabah.

« Les manteaux qu'ils portaient pour cacher leurs charges explosives, malgré la chaleur, ont attiré l'attention de civils et d'un officier de police », souligne le quotidien.

Des suspects discrets

Une première vague d'arrestations s'était soldée par l'interpellation de 13 personnes, jeudi. Neuf des 13 personnes arrêtées sont des étrangers.

Bien que l'EI n'ait pas revendiqué l'attentat, les autorités turques montrent l'organisation terroriste du doigt comme étant à l'origine de l'attaque.

Un autre quotidien, le Hürriyet, soutient que les trois kamikazes ont loué un appartement dans le quartier Fatih où s'entassent de nombreux réfugiés syriens, Palestiniens, Libanais et Jordaniens. Les kamikazes auraient déboursé 10 765 $ pour louer l'appartement pour un an.

Une voisine, qui n'a jamais vu les terroristes, affirme avoir porté plainte auprès des autorités en raison des odeurs chimiques qui émanaient de l'appartement loué par les kamikazes. « Je suis allée voir le mukhtar [responsable du quartier] et il m'a renvoyée vers la municipalité », a expliqué la voisine.

« La police est venue me voir après les attaques... J'ai habité au-dessus de bombes », raconte-t-elle.

Un plombier est la seule personne à avoir vu les kamikazes, selon le quotidien. Un homme est venu lui demander de réparer un robinet deux jours avant l'attentat. « Il parlait turc avec un accent », relate le plombier. « Il m'a emmené dans son appartement... J'ai changé le robinet. J'ai vu trois personnes. On aurait dit des bandits. »

AVEC REUTERS ET AGENCE FRANCE-PRESSE

INOLTRE SU HUFFPOST

Galerie photo Attentat à l'aéroport d'Istanbul (28 juin 2016) Voyez les images