NOUVELLES
01/07/2016 13:15 EDT | Actualisé 02/07/2017 01:12 EDT

NBA - Batum touche le jackpot, le mercato s'emballe

Nicolas Batum a décroché l'or en NBA: un contrat de cinq ans et 120 millions de dollars (108 M EUR) avec les Charlotte Hornets, comme il l'a annoncé vendredi dès les premières heures d'une frénétique période des transferts.

Comme anticipé, "Batman" touche donc le gros lot en choisissant de rester à Charlotte. Très convoité, l'ailier âgé de 27 ans n'a pas hésité longtemps à donner son accord à son club depuis 2015.

"Nous avons trouvé un accord #BuzzCity", a-t-il simplement écrit sur son compte Twitter, alors qu'il doit attendre le 7 juillet pour signer formellement son contrat. Avant de retrouver aux Philippines l'équipe de France, en quête de son billet pour les JO-2016.

Avec un salaire annuel qui va dépasser les 20 millions de dollars (18 M EUR), contre 11,6 millions auparavant, Batum devient ainsi le sportif français le mieux payé, devant Tony Parker (San Antonio, 19,9 M EUR) et l'attaquant français du Real Madrid Karim Benzema (15,3 M EUR).

Alors qu'il était arrivé sur la pointe des pieds à Charlotte, après une septième et dernière saison décevante à Portland en 2014-15, l'ancien joueur du Mans a vécu une renaissance chez les Hornets: 14,9 points, 6,1 rebonds et 5,8 passes décisives par match.

- Noah aux Knicks? -

Sous son impulsion Charlotte, qui n'avait plus remporté de matches de play-offs depuis 2002, a poussé Miami dans ses derniers retranchements au 1er tour (4-3).

Leur propriétaire en tête, la légende des Chicago Bulls Michael Jordan, les Hornets étaient prêts à tout pour conserver celui qui est décrit par son entraîneur Steve Clifford comme "un joueur à l'intelligence basket sans pareil en NBA".

D'autres Français ont également fait les gros titres en NBA: Joakim Noah d'abord, en négociations très avancées avec les New York Knicks, qui seraient prêt à lui offrir un contrat de quatre ans et 70 millions de dollars.

Noah, 31 ans, new-yorkais pur et dur (il y a grandi), pourrait retrouver y retrouver son ancien coéquipier à Chicago Derrick Rose, mais il a vécu en 2015-16 la saison la plus difficile de sa carrière depuis ses débuts en NBA, en 2007. Il a publié une photo sur son compte Instagram le montrant avec une casquette des Knicks.

Evan Fournier ensuite, l'arrière tricolore ayant convaincu Orlando de lui offrir un contrat de cinq ans et 85 millions de dollars (76,3 M EUR), après avoir signé la meilleure saison de sa carrière en NBA (15,4 points par match).

En quelques heures, les équipes NBA se sont déjà engagées à dépenser plus d'un milliard de dollars. Une somme qui va exploser lorsque Kevin Durant, le joueur le plus convoité de cette intersaison, aura fait son choix et quand la superstar LeBron James aura prolongé son contrat avec Cleveland.

Toronto a ainsi offert à son arrière DeMar DeRozan un nouveau contrat de cinq ans et 139 millions de dollars (124 M EUR) pour le récompenser après la saison 2015-16, la meilleure saison de l'histoire des Raptors, qui ont atteint la finale de la conférence Est (défaite 4-2 contre Cleveland).

Bradley Beal va lui s'engager pour cinq saisons de plus et 130 millions de dollars avec Washington.

- Lin de retour à New York -

Hassan Whiteside, pivot au parcours atypique considéré comme l'un des meilleurs défenseurs de NBA, a décidé de rester à Miami, son équipe depuis 2014 qui lui a proposé un contrat de quatre ans d'une valeur de 98 millions de dollars (87,9 M EUR).

Detroit a mis sur la table un "max deal", ces contrats les plus rémunérateurs, de 130 millions de dollars sur cinq ans, pour conserver son pivot Andre Drummond, déjà indispensable à 22 ans.

Il y a aussi des équipes qui font des paris, comme les Los Angeles Lakers, en proie à une crise sportive sans précédent et orphelins de Kobe Bryant, parti à la retraite.

La célèbre franchise californienne a recruté le pivot russe Timofey Mozgov, sacré champion NBA avec Cleveland, avec un contrat de quatre ans et 64 millions de dollars qui ne manque pas de susciter surprise et incrédulité chez les observateurs.

Le meneur américain d'origine chinoise Jeremy Lin revient lui à New York, mais cette fois sous le maillot des Brooklyn Nets - sa septième équipe depuis 2010 !

Lin va signer un contrat de trois ans d'un montant de 36 millions de dollars avec les Nets, qui espèrent revivre la "folie Lin", ou "Linsanity", qui s'était emparée, brièvement, de la NBA en 2011-12 lorsqu'il était joueur des rivaux Knicks.

jr/jco