NOUVELLES
01/07/2016 12:05 EDT | Actualisé 02/07/2017 01:12 EDT

Le président des Philippines encourage les rebelles communistes à tuer les criminels

Dans un discours prononcé devant de hauts responsables militaires vendredi, le nouveau président philippin Rodrigo Duterte, a encouragé les rebelles communistes à mener leur propre guérilla et à tuer les trafiquants de drogues.

Rodrigo Duterte s'est dit prêt à prendre des moyens extrêmes pour lutter contre la criminalité, tout en jurant qu'il ne tomberait pas dans la dictature.

« La drogue a atteint l'arrière-pays... Pourquoi ne pas utiliser vos tribunaux bidon pour nous aider à résoudre le problème », a déclaré M. Duterte.

La rébellion communiste, qui porte le nom de la Nouvelle armée du peuple (NAP), fait sa propre loi et assassine des civils qu'elle accuse d'avoir commis des « crimes contre le peuple ». Le groupe rebelle comprend environ 4000 membres.

« Ces fils de... détruisent nos enfants. Je vous préviens, ne plongez pas là-dedans, même si vous êtes policier, car je vous tuerai », a dit le président.

La veille, dans son discours d'assermentation, il avait pourtant affirmé qu'il respecterait l'État de droit, pour tenter de calmer les organisations de défenses des droits de la personne qui s'inquiètent des moyens pris par le président pour combattre les criminels.

Le président des Philippines a remporté les élections le 9 mai en promettant d'éliminer la criminalité et la corruption en trois à six mois. Mais plusieurs organismes craignent des exécutions de masses et ont demandé à M. Duterte de ne pas abuser de son pouvoir.

Plusieurs présumés criminels abattus

Un corps criblé de balles avec l'inscription « Je suis un baron de la drogue chinois » a été retrouvé dans un bidonville de Manille, vendredi, en début de journée.

Un responsable de la police locale a affirmé que le meurtre avait toutes les marques d'une exécution extrajudiciaire. Il s'agirait du premier crime du genre sous la présidence de Rodrigo Duterte.

Le président philippin a aussi encouragé les policiers à tuer les criminels et les a assurés vendredi qu'il les protégerait s'ils étaient forcés de tuer plusieurs personnes en les poursuivant.

La police a déjà tué des dizaines de trafiquants de drogue présumés entre la victoire de Rodrigo Duterte du 9 mai et son intronisation, jeudi.