NOUVELLES
01/07/2016 10:22 EDT | Actualisé 02/07/2017 01:12 EDT

Google paie des impôts dans tous les pays, assure son co-président en Europe

"Nous payons les impôts dans chaque pays où nous sommes", a assuré vendredi soir le co-président de Google Europe, Carlo d'Asaro Biondo, alors que le géant de l'internet fait l'objet de multiples enquêtes sur sa fiscalité sur le continent.

"Les impôts se paient surtout là où la valeur est créée. Et Google créé sa valeur surtout aux Etats-Unis", a-t-il estimé sur l'antenne de la radio France Info.

"Nous avons un taux d'imposition global d'environ 20%, c'est dans la moyenne de l'OCDE", a-t-il souligné.

Les locaux de Google à Madrid ont été perquisitionnés jeudi, dans le cadre d'une enquête sur sa fiscalité, et ses bureaux parisiens ont été perquisitionnés en mai pour des motifs similaires.

Le fisc italien réclame à Google 200 millions d'euros, tandis que le Royaume-Uni a conclu un accord en janvier avec le groupe, qui a accepté de lui verser l'équivalent de 170 millions d'euros pour solder ses arriérés d'impôts.

Comme d'autres multinationales américaines du numérique, telles Amazon ou Facebook, Google est régulièrement accusé en Europe et aux Etats-Unis de vouloir échapper aux impôts en choisissant de s'installer dans des pays à la fiscalité plus favorable.

L'Irlande, où Google est particulièrement présent avec plus de 5.000 salariés et où il a réalisé "plus de 10 milliards d'euros d'investissements", selon M. D'Asaro Biondo, est aussi l'un des pays où l'impôt sur les bénéfices des sociétés (12,5%) est le plus faible de l'UE.

"Les choix par rapport à la législation fiscale dans chaque pays ont été faits par la Commission européenne (...), aujourd'hui nous les appliquons", a argué vendredi M. D'Asaro Biondo, invitant à une révision des législations fiscales pour s'adapter à la globalisation des entreprises.

La Commission européenne prépare par ailleurs une nouvelle offensive contre Google pour des pratiques jugées anti-concurrentielles, a appris l'AFP cette semaine de sources proches du dossier.

"Il est normal qu'il y ait des contrôles sur une boîte de notre taille, il est normal que des questions se posent", a estimé vendredi M. D'Asaro Biondo, assurant que Google allait continuer de "collaborer" avec la Commission sur ce dossier.

etb/fka/nou/fjb

GOOGLE

AMAZON.COM

FACEBOOK