NOUVELLES
01/07/2016 03:51 EDT | Actualisé 02/07/2017 01:12 EDT

Euro-2016 - Les maillots de l'Islande se vendent comme des petits pains

Tout le monde s'arrache le maillot bleu de l'Islande, équipe surprise de l'Euro qui affrontera la France dimanche en quarts: les ventes ont explosé et les demandes peinent à être satisfaites, selon les responsables de la sélection.

"A en juger par le nombre de demandes qu'on reçoit par mail et sur Facebook, nous sommes en rupture de stock", a expliqué Omar Smarason, chargé de la communication de la sélection islandaise, vendredi au camp de base de l'équipe à Annecy.

Vendredi, il était possible de trouver le maillot (bleu avec une bande latérale rouge et blanche) sur des plateformes de vente en ligne, mais dans certaines tailles seulement, sans flocage du nom des joueurs dans le dos et avec des délais de livraison supérieurs à une semaine.

"La demande est supérieure de 1.800% à ce sur quoi nous tablions: c'est bien d'un côté mais ça ne l'est pas pour ceux qui ne parviennent pas à se procurer le maillot", a poursuivi M. Smarason, sans donner de chiffres de vente.

En plus des 330.000 habitants de l'île, l'épopée historique de l'Islande à l'Euro a fait un autre heureux: le petit équipementier italien Errea, qui fabrique ses maillots et bénéficie d'une vitrine inespérée alors qu'il est très loin d'avoir la puissance financière des géants du secteur, Adidas, Nike ou Puma.

Le contrat avec l'Islande a été "signé en 2002, il date donc d'il y a pratiquement 14 ans. Jamais on n'aurait pensé qu'ils allaient aller à l'Euro!", s'était amusé avant la compétition Enzo Montrucchio, le directeur France de l'équipementier, dans un entretien avec l'AFP.

L'explosion des ventes du maillot de l'Islande a débuté après la victoire en 8e contre l'Angleterre (2-1), qui a étonné le monde entier puisque la petite équipe participe à son premier Euro. Et elle rappelle une histoire similaire qui a justement concerné le championnat anglais, remporté cette année par une équipe surprise, Leicester.

Les maillots de Leicester, fabriqués par l'équipementier allemand Puma, étaient tombés en rupture de stock dès janvier, quatre mois avant la fin de la saison.

ryj/pr/jcp