NOUVELLES
01/07/2016 06:38 EDT | Actualisé 02/07/2017 01:12 EDT

Euro 2016 - Islande: "ce tournoi va nous inspirer pour les années à venir"

Les Islandais ont beau répéter qu'ils sont insensibles à la pression avant le quart de finale de l'Euro dimanche contre la France, les mots ont un peu changé vendredi, avec des formules comme "étape très importante dans l'histoire du sport islandais" ou encore "inspiration pour les années à venir".

. Prendre le quart pour le futur

L'Islande voudrait bien dire qu'elle reste zen, dans la quiétude de son camp de base d'Annecy (Alpes françaises), mais le rendez-vous de dimanche s'accompagne d'un discours plus sentencieux.

L'importance du moment se lit désormais dans les déclarations de l'ailier Jon Dadi Bödvarsson et du défenseur Bikir Saevarsson, coiffés comme des lycéens devant la presse vendredi, et de leur coach Lars Lagerbäck, aux allures de proviseur derrière ses lunettes rectangulaires.

Ce dernier a d'abord déroulé son discours bien rôdé: "Il y a une continuité dans cette équipe islandaise. Elle ne me surprend plus désormais. Les joueurs se connaissent bien et ont l'habitude de jouer ensemble. Depuis 2012, ils ont constamment évolué positivement".

Mais le Suédois a bien été obligé d'élargir le spectre de son analyse: "L'expérience de ce tournoi va nous inspirer pour les années à venir".

"Ce match est effectivement une étape très importante dans l'histoire du sport islandais et pour le futur de notre sélection", a rebondi Jon Dadi Bödvarsson. L'enjeu commencerait-il à peser sur les épaules des vikings?

Difficile pour eux de rester dans leur bulle quand la demande pour leur maillot national est "supérieure de 1.800% à ce sur quoi nous tablions", comme le constate Omar Smarason, chargé de la communication de la sélection.

.'Tempo plus rapide que les Anglais'

Mais alors ce match contre les Bleus, comment se présente-t-il? "La France est une équipe puissante, mais la notre aussi: ce sera à cet égard un match intéressant", a d'abord évasivement répondu le coach suédois des Islandais.

Mais après deux entraînements de sa sélection dédiés au déploiement tactique et des séances d'analyse vidéo de l'adversaire, ses joueurs en ont livré davantage.

"On s'attend à un match plus difficile que contre l'Angleterre. Les Français impriment un tempo plus rapide que les Anglais. Leur niveau est supérieur", estime Jon Dadi Bödvarsson.

Pour Bikir Saevarsson, qui verra évoluer dans son secteur de jeu Dimitri Payet, l'une des clés du match se situera au niveau de "la pression et de l'agressivité" que pourront déployer les Islandais sur le porteur du ballon adverse.

"Le plus important, ce sera de bien gérer notre possession du ballon lorsqu'on le récupèrera. Contre l'Angleterre, on avait franchi une étape dans ce secteur en allant de l'avant. Là, il faudra faire plus", abonde d'ailleurs leur sélectionneur.

Le coach juge que la suspension d'Adil Rami et de N'Golo Kanté n'aura "pas d'impact" sur le jeu de l'équipe de France. Info ou intox?

bp/nd/pgr/ig