NOUVELLES
01/07/2016 11:03 EDT | Actualisé 02/07/2017 01:12 EDT

Euro-2016/Allemagne-Italie: le vainqueur se posera en "favori", juge Löw

Le vainqueur du choc entre l'Allemagne et l'Italie, principale affiche des quarts de finale de l'Euro-2016 samedi à Bordeaux, pourrait devenir "favori à la victoire finale", a estimé vendredi Joachim Löw, sélectionneur des champions du monde en titre.

Q: Redoutez-vous cette équipe d'Italie, qui a sorti l'Espagne en huitièmes (2-0) ?

R: "Cette semaine nous avons analysé l'Italie et nous avons revu leurs derniers matches. Ils n'ont pas seulement des qualités défensives, ils ont aussi de bonnes solutions offensives. Il faudra faire attention demain (samedi), cette équipe a d'excellentes qualités. Ils savent comment défendre, ils ont une très bonne assise défensive et nous y sommes préparés. Nous avons analysé plusieurs choses dans leur jeu. C'est pourquoi je pense que nous sommes prêts et conscients de la difficulté qui nous attend. Il s'agit de trouver le bon équilibre entre la défense et l'attaque car en position offensive, avec cinq ou six joueurs qui attaquent, il ne faut pas commettre d'erreurs. Il faut prendre sa chance car on ne va pas se créer beaucoup d'occasions, pas autant que face à l'Irlande (1-0 en phase de poules, NDLR). Il faudra imposer notre jeu et l'Italie sera un adversaire coriace."

Q: Vous attendez-vous à affronter une équipe différente de celle que vous avez battue en amical en mars (4-1) ?

R: "Oui, je pense qu'il s'agit d'une équipe solide et qu'ils n'ont pas été influencés par ce match amical, en aucune manière. Nous connaissons bien l'Italie, nous savons l'unité et la solidarité qui règne dans cette équipe. Il y a de nombreux joueurs de la Juventus (Turin), ils répondent toujours présent dans les matches décisifs, on l'a vu par le passé."

Q: Sur quels points précis avez-vous travaillé en vue de cette rencontre ?

R: "Sur les derniers jours, il s'agit de détails. Nous allons parler aux joueurs demain (samedi). L'équipe est consciente de ce qui l'attend et nous avons notre idée pour le match, offensivement et défensivement. Il y a des mécanismes bien rodés, travaillés à l'entraînement, les joueurs sont concentrés sur le match. (...) Nous sommes conscients de nos qualités, de notre potentiel, de ce que nous pouvons accomplir."

Q: L'absence possible du milieu italien Daniele De Rossi, incertain, peut-elle peser sur le match ?

R: "Je ne sais pas s'il va jouer ou pas mais les Italiens sont très flexibles concernant leur équipe type. Ils gardent leur secrets et avec les Italiens vous devez toujours être méfiants et vous attendre à des surprises. Nous y sommes habitués et il faut faire avec. Daniele de Rossi est un excellent joueur mais je ne crois pas que ce soit un problème si De Rossi ne joue pas, au final ils ont toujours des solutions."

Q: Pensez-vous que le vainqueur de ce quart deviendra le favori logique pour le titre ?

R: "Le vainqueur de la rencontre de demain (samedi) pourrait très bien remporter cet Euro, oui. Il y a toujours de très bonnes équipes qualifiées, dans cet Euro, avec la France, l'Italie, l'Allemagne... Se qualifier pour les demies est l'objectif de chaque équipe, chacune de ces équipes a de nombreuses qualités, mais il reste beaucoup de chemin à parcourir. Il faut se battre pour arriver en demies, et ensuite il y aura une autre bataille (en demies) et une autre encore (en finale). Ce ne sera pas facile, pour ces autres équipes comme pour nous. Il y a beaucoup de chemin à parcourir mais c'est vrai que le vainqueur pourrait représenter un favori à la victoire finale."

Propos recueillis en conférence de presse.

jed/cto