NOUVELLES
01/07/2016 06:52 EDT | Actualisé 01/07/2016 06:52 EDT

Essai routier Porsche 911 Carrera S Cabriolet 2017 : la même malgré les changements (PHOTOS)

Courtoisie

Je suis toujours surpris de constater comment Porsche est en mesure d'améliorer ses modèles à chaque renouvellement sans jamais drastiquement changer la personnalité de la voiture étant redessinée. La Porsche 911 2017 en est l’exemple parfait.

Galerie photo Porsche 911 2017 Voyez les images

Il y a eu beaucoup de changements apportés à cette nouvelle génération de 911, mais il s’agit ultimement de la même voiture en termes de comportement routier, d’impression de conduite et de design également. Sur la route, l’on ne ressent pas l’ampleur des changements philosophiques apportés à la conception de la famille 911 qui fait désormais appel à un moteur turbocompressé dans l’ensemble de ses variantes.

LIRE AUSSI:

Essai routier BMW M2 2016 : le mouton noir

L’on constate qu’elle est plus puissante, que la consommation semble avoir diminuée d’un cran (et même deux) et que l’habitacle tout comme la carrosserie affiches quelques nouveaux éléments, mais au final c’est la bonne vieille 911 que l’on connait. Incroyablement agile, elle fait en sorte que le conducteur se sent connecté à la route et en contrôle comme s’il faisait partie de la voiture et que son cerveau et la direction ne faisaient qu’un. Cependant, c’est une voiture qui peut vous mener au travail quotidiennement été comme hiver sans problèmes.

Plus ça change et plus c’est pareil… voilà comment résumer de façon simple la nouvelle Porsche 911 2017, et c’est très bien ainsi.

Juste des turbos

Le cœur d’une voiture comme la Porsche 911 est son moteur. Alors, quand un constructeur transforme aussi radicalement sa recette de motorisation, c’est un événement en soi. Au revoir les moteurs atmosphériques de 3,4 et 3,8 litres, et bonjour le moteur 6 cylindres à plat de 3,0 litres biturbo. Dans la version Carrera offerte à partir de 102 200 $, il développe 370 chevaux comparativement à 350 pour l’ancien 3,4 litres.

Dans notre modèle d’essai, une Porsche 911 Carrera S décapotable, ce même moteur développe 420 chevaux, un gain encore une fois de 20 chevaux par rapport au moteur de 3,8 litres de l’ancienne génération. Le couple est également en hausse (43 lb-pi) tout en étant disponible plus rapidement.

Cela se traduit par des sensations plus vives encore dès que l’on frôle la pédale droite. C’est la rapidité d’exécution de la 911 qui explique en bonne partie pourquoi l’on se sent si bien à son volant. La direction est, disons, directe, les accélérations sont immédiates et les sensations d’être connecté à la voiture, comme indiqué il y a quelques paragraphes, sont omniprésentes.

Une boîte manuelle à sept rapports est de série tandis qu’une boîte automatique à double embrayage aussi à sept rapports est en option. Il s’agit d’une option dispendieuse à 3 660 $, mais je la recommande sans hésiter. Premièrement elle fait de la 911 une voiture plus rapide, mais son comportement peut également être modifié afin de rendre le tout plus confortable ou plus sportif selon nos besoins du moment.

D’ailleurs, le conducteur peut également contrôler la fermeté de la suspension tandis que l’ajout du groupe Sport Chrono permet d’ajuster le comportement du moteur et de la transmission également selon quatre modes. La différence se remarque immédiatement entre chaque mode.

Mentionnons également l’ajout cette année d’un système qui permet de relever la partie avant de 40 mm. Pas donnée du tout à près de 3 000 $, cette technologie rehausse tout de même l’aspect pratique et urbain de la 911. Puis un autre dispositif, la direction active à l’essieu arrière, rend la voiture encore plus stable et incisive dans les courbes à haute vitesse, et encore plus agile dans les endroits restreints.

Plus performantes, plus économiques

Il se peut très bien que vous ne soyez pas vraiment inquiété par la consommation de carburant de la Porsche 911, mais sachez que notre modèle d’essai a terminé sa semaine avec une économie moyenne de 10,1 litres aux 100 kilomètres. Le passage à la suralimentation pour les modèles Carrera et Carrera S a permis de réduire la consommation d’essence de plus de 8,0 % en ville et entre 4,8 % et 5,8 % sur l’autoroute, malgré la puissance supplémentaire.

Le son de la 911 a toujours été unique. Ce n’est pas celui d’une AMG ni d’une sportive italienne quelconque, mais il engendre la même poussée d’adrénaline dès qu’il se fait entendre chez ceux et celles qui apprécient ce genre de chose, surtout si l’on opte pour l’échappement Sport qui vient également positionner les sorties d’échappement au centre du pare-chocs arrière.

Le moteur explose au démarrage, mais se fait plus silencieux en ville. Puis, lorsque l’on accélère plus vigoureusement, il devient plus strident. Moins métallique et mécanique que l’ancienne 911, il demeure tout aussi authentique et tout aussi unique.

La Porsche 911 2017 a changé beaucoup, mais vous ne remarquerez que les aspects positifs de cette transformation. Ces deux défauts principaux, soit l’espace de chargement réduit comparativement à certaines rivales et la quantité et le prix des options, demeurent.

En échange, l’on obtient un véritable couteau suisse. La Porsche 911 Carrera S est parfaite pour une journée de piste, mais elle est également en mesure d’affronter les rues brisées du centre-ville de Montréal. Très peu de rivales de la 911 peuvent en dire autant, et aucune ne combine une facilité d’usage quotidienne avec un dynamisme si impressionnant avec autant de brio.