NOUVELLES
01/07/2016 03:47 EDT | Actualisé 02/07/2017 01:12 EDT

Brexit: le candidat à la chefferie conservatrice Michael Glove révélera son plan

LONDRES — La paix politique après que le Royaume-Uni eut voté en faveur de son départ de l'Union européenne (UE) semblait loin, vendredi, alors que le ministre de la Justice, Michael Gove, a intensifié sa campagne pour la chefferie du Parti conservateur britannique et que l'un de ses collègues l'a exhorté à retirer sa candidature.

La décision surprenante de M. Gove de briguer le leadership de la formation politique a forcé l'ancien maire de Londres Boris Johnson, son allié dans la campagne pour la sortie du pays de l'UE, à abandonner la course, jeudi.

M. Gove prévoit révéler son plan concernant le futur du Royaume-Uni hors de l'UE dans un discours vendredi.

Pour succéder au premier ministre David Cameron à la tête du parti et du pays, le ministre de la Justice devra vaincre la ministre de l'Intérieur, Theresa May, et trois autres candidats.

Plusieurs s'attendaient à ce que Michael Gove appuie M. Johnson et sa trahison a suscité la colère de certains conservateurs.

Kenneth Clarke, un ancien ministre de la Justice, a déclaré, vendredi, que M. Gove rendrait service à tout le monde s'il quittait la course maintenant et contribuait à accélérer le processus qui permettra de trouver un remplaçant à M. Cameron, qui a annoncé sa démission après avoir perdu le référendum sur l'appartenance du Royaume-Uni à l'UE.

De nombreux ministres ont offert leur soutien à Mme May, considérée comme une politicienne coriace capable de tenir tête aux représentants de l'UE.

Le ministre des Transports, Patrick McLoughlin, a affirmé que Theresa May avait prouvé par le passé que, lorsqu'elle arrivait à Bruxelles, les «patrons de l'Europe» s'assoyaient et écoutaient.

Les députés conservateurs réduiront le nombre de candidats à deux avant que la décision finale soit prise par les membres de la formation politique.

Le gagnant sera annoncé le 9 septembre et devra relever le défi de négocier la sortie du Royaume-Uni de l'UE.

Les résultats du référendum du 23 juin a ébranlé l'économie britannique et divisé le pays, 52 pour cent des électeurs s'étant prononcés pour le retrait du Royaume-Uni de l'UE alors que 48 pour cent ont voté pour son maintien au sein de l'organisation de 28 nations.