NOUVELLES
30/06/2016 20:40 EDT | Actualisé 01/07/2017 01:12 EDT

Au moins onze morts lors d'attentats au Cameroun

Un attentat-suicide, portant la marque de Boko Haram, a fait au moins onze morts et des dizaines de blessés près de la mosquée d'un village du nord du Cameroun, à la frontière du Nigeria.

L'attentat a eu lieu après la rupture du jeûne observé pendant le mois du ramadan.

Les victimes étaient rassemblées dans une salle de vidéo dans laquelle le kamikaze, un jeune garçon d'après un militaire camerounais, a réussi à pénétrer avant d'actionner sa charge.

Le gouverneur de la région, Midjiyawa Bakari, a mis en cause « l'imprudence des jeunes qui tiennent le vidéo club ».

Une source au sein des services de sécurité indique que la plupart des victimes faisaient partie d'un comité de vigilance chargé de traquer les combattants de Boko Haram et de prévenir les forces de l'ordre en cas d'infiltration.

Une force toujours existante

Selon des observateurs, cette attaque démontre que les islamistes nigérians gardent la capacité de frapper, même s'ils ont été affaiblis par plusieurs offensives des armées de la région et perdus la quasi-totalité des localités dont ils s'étaient emparés dans le nord-est du Nigeria.

« Cette menace n'est pas éradiquée, mais diminuée. Et Boko Haram a une capacité de nuisance », a souligné le général Patrick Brethous, commandant de l'opération française Barkhane de lutte contre les groupes djihadistes au Sahel.

Ces dernières semaines, aucun attentat-suicide n'avait été enregistré dans cette région frontalière du Cameroun. Boko Haram serait toutefois encore présent dans l'État de Borno, dans le nord-est du Nigeria.

Des centaines de victimes

« De juillet 2015 à juillet 2016, Boko Haram a mené au moins 200 attaques, dont près de 40 attentats-suicides dans le grand nord du Cameroun, avec au moins 480 victimes », a rapporté jeudi Amnestie Internationale dans un communiqué de presse.

Les islamistes visent fréquemment des mosquées, des marchés populaires, des gares routières, des postes de contrôle et des camps de personnes déplacées.

Le conflit, qui dure depuis 2009, a fait 20 000 morts et 2 millions 300 mille réfugiés.

Des opérations en cours

Des opérations de lutte à Boko Haram sont menées au Nigeria dans l'État du Borno et autour du lac Tchad par la Force multinationale mixte.

La justice camerounaise a indiqué au mois de mars que 89 membres de Boko Haram ont été condamnés à mort pour « terrorisme » en un an.