NOUVELLES
30/06/2016 03:55 EDT | Actualisé 01/07/2017 01:12 EDT

Un enfant indien retrouvé après six ans d'esclavage domestique au Bangladesh

Un garçon indien de 12 ans, enlevé à New Delhi il y a six ans et exploité comme esclave domestique au Bangladesh, a été retrouvé et ramené à sa famille jeudi.

Sonu, son seul nom, est arrivé à l'aéroport de New Delhi, sous la protection de gardes de sécurité et de représentants de l'administration, tenant son père par la main tandis que sa mère l'étreignait par derrière.

"J'ai retrouvé mon fils et je suis très heureux. Je voudrais remercier (la ministre des Affaires étrangères) Sushma Swaraj", a déclaré son père Mehboob aux journalistes.

Aucun détail n'a été fourni sur ses années de captivité par les autorités mais selon les médias locaux, Sonu avait été enlevé par une locataire vivant dans la maison de ses parents à Delhi en 2010 puis envoyé au Bangladesh.

C'est à un mécanicien du Bangladesh que le garçon doit sa libération, a raconté un journal indien. Sonu lui aurait expliqué que la trafiquante l'exploitait comme homme à tout faire dans sa maison à Jessore, dans le sud-ouest du pays. Le mécanicien l'aurait signalé alors aux policiers.

"Elle me faisait travailler et me battait", a déclaré Sonu selon des propos rapportés par le site d'informations en ligne bangladais bdnews24.com.

Le jeune garçon a ensuite été transféré dans un foyer pour enfants, le temps que le Bangladesh et l'Inde organisent son rapatriement.

La ministre des Affaires étrangères, Swaraj, avait indiqué mardi que l'ADN de l'enfant correspondait à celui de sa mère.

Des images montrent la ministre en train de donner l'accolade au garçon, souriant, dans son bureau de la capitale tandis que sa mère touchait les pieds de la ministre en signe de respect et de gratitude.

L'an dernier, une Indienne sourde et muette qui s'était perdue au Pakistan il y a plus de dix ans avait finalement regagné son pays.

Elle espérait retrouver ses proches après avoir identifié sa famille sur des photos fournies par les autorités indiennes au Pakistan. Mais revirement tragique, quelques heures après son retour à Delhi, la femme, Geeta, a finalement déclaré qu'elle ne reconnaissait pas les siens.

anb/tha/ef/ams/rap