NOUVELLES
30/06/2016 05:32 EDT | Actualisé 01/07/2017 01:12 EDT

Poutine accuse l'Otan de vouloir entraîner la Russie dans une course "frénétique" aux armements

Vladimir Poutine a accusé jeudi l'Otan de vouloir entraîner la Russie dans une "frénétique" course aux armements et plus globalement de rompre "l'équilibre militaire" en vigueur en Europe depuis la chute de l'URSS, à une semaine d'un sommet de l'Alliance atlantique à Varsovie.

"L'orientation antirusse de l'Otan s'étale au grand jour. Nous ne nous laisserons pas entraîner dans cette frénésie militariste alors que, eux, semblent justement chercher à nous entraîner dans une course aux armements coûteuse et sans perspective (...) pour nous distraire de nos missions principales de développement économique", a déclaré M. Poutine lors d'une rencontre avec des ambassadeurs russes à Moscou.

"Ils n'y arriveront pas! Mais nous ne ferons pas preuve de faiblesse. Nous pourrons toujours bien nous protéger", a-t-il assuré.

Le chef de l'Etat russe a dénoncé la multiplication des manoeuvres militaires de l'Otan, notamment "près des frontières russes" dans la mer Noire et la mer Baltique, tout comme le déploiement des forces de réaction rapide de l'Alliance atlantique en Pologne et dans les pays Baltes.

"Tout cela vise à rompre l'équilibre militaire créé depuis des décennies", après la chute de l'URSS et la fin de la Guerre froide, a-t-il accusé.

"Ces processus sont toujours dans notre champ de vision et nous savons comment y réagir de manière adéquate", a ajouté le président russe.

Vladimir Poutine avait prôné la semaine dernière le renforcement des capacités de défense de la Russie face aux "actes agressifs de l'Otan".

Depuis l'annexion de la péninsule ukrainienne de Crimée par Moscou en mars 2014 et le début d'une rébellion séparatiste dans l'est de l'Ukraine, que les Occidentaux accusent la Russie de soutenir, l'Otan a déployé des moyens militaires sur le flanc est de l'Europe afin d'apaiser les craintes des anciens pays du bloc socialiste d'une éventuelle agression russe.

La Russie, qui y voit un empiètement sur sa sphère d'influence, s'est insurgée à plusieurs reprises contre ce renforcement.

L'Otan doit se retrouver à Varsovie les 8 et 9 juillet pour un sommet de ses 28 chefs d'Etat et de gouvernement et entériner notamment un durcissement de la position de l'organisation vis-à-vis de la Russie.

mp/tbm/kat/abk