NOUVELLES
30/06/2016 12:35 EDT | Actualisé 01/07/2017 01:12 EDT

Le Quartette presse Israël de cesser de coloniser et les Palestiniens de renoncer à la violence

Un haut responsable de l'ONU a dévoilé jeudi au Conseil de sécurité les conclusions du rapport très attendu du Quartette sur le Proche-Orient, qui presse Israël de cesser sa colonisation et les Palestiniens de refréner la violence.

Le Quartette comprend Etats-Unis, Russie, Union européenne et ONU. Son rapport --dont l'objectif est de relancer le processus de paix, dans l'impasse depuis avril 2014 -- était en préparation depuis plusieurs mois.

Le rapport demande à Israël de cesser "d'urgence" sa politique de colonisation en Cisjordanie, a indiqué l'envoyé spécial de l'ONU au Proche-Orient, Nickolay Mladenov.

Le Quartette dénonce aussi du côté palestinien "la violence, le terrorisme et l'incitation à la violence" ainsi que "le manque de contrôle de l'Autorité palestinienne sur Gaza", aux mains du Hamas, a-t-il indiqué devant le Conseil de sécurité.

"Ces tendances négatives peuvent et doivent être inversées d'urgence" car elles "minent gravement les chances de paix", a poursuivi M. Mladenov.

Dans tous ces domaines, le rapport adresse des "recommandations" aux deux camps afin de "faire progresser sur le terrain la solution à deux Etats", c'est-à-dire Israël et un Etat palestinien coexistant pacifiquement.

-'Signal d'alarme' -

"Mais soyons clairs sur un point également, a-t-il ajouté, un accord sur le statut permanent (des territoires palestiniens) mettant fin au conflit ne pourra être réalisé que par des négociations directes et bilatérales (entre Israéliens et Palestiniens), dont l'issue ne peut pas être déterminée d'avance par des mesures unilatérales qui ne seraient pas reconnues par la communauté internationale".

M. Mladenov s'exprimait avant des consultations à huis clos avec le Conseil où il devait détailler les conclusions du rapport, qui pourrait être divulgué in extenso vendredi.

Il a demandé que le Conseil entérine alors le rapport "et soutienne les efforts du Quartette".

"J'espère que sur la base du rapport, les deux parties vont dialoguer avec le Quartette pour faire progresser de manière constructive le processus" de paix, a-t-il conclu. "Il est temps pour les deux camps de relever le défi, (...) un avenir de paix est en jeu".

S'adressant ensuite à la presse, M. Mladenov a espéré que le rapport soit "publié vendredi matin". Le texte est soumis actuellement aux dirigeants du Quartette "pour approbation finale".

Il a été "difficile à négocier", a-t-il reconnu. Il "ne prétend pas résoudre la crise actuelle" mais tenter de "rétablir la confiance et de préparer le terrain à des négociations significatives" entre Israéliens et Palestiniens.

"Il ne s'agit pas de blâmer l'un ou l'autre" des protagonistes pour l'impasse actuelle, a affirmé M. Mladenov, qui s'attend "à ce que tout le monde critique ce document".

Il souhaite que le Conseil "accueille favorablement" ce rapport mais pas nécessairement par une résolution.

"J'espère que ce rapport servira de signal d'alarme pour les dirigeants israéliens et palestiniens, les avertissant qu'on ne peut pas laisser la situation telle qu'elle est", a indiqué M. Mladenov dans un entretien avec l'AFP.

"Si les choses ne changent pas", a-t-il averti, le résultat sera "une insécurité permanente et la violence".

"Une occupation sans fin est le chemin le plus sûr vers une catastrophe", a-t-il ajouté. "Nous avons donc la responsabilité (...) de préserver la perspective d'une solution à deux Etats".

Il a réclamé "des actes dans tous les domaines" de la part des deux camps mais a indiqué "ne pas pouvoir dire dans combien de temps" Israéliens et Palestiniens pourraient revenir à la table des négociations.

Le rapport, qui fait dix pages sans ses annexes, a été difficile à élaborer car "les deux camps étaient extrêmement vigilants sur chaque mot", a-t-il expliqué.

Selon l'ambassadeur français François Delattre --qui préside le Conseil de sécurité en juin-- les 15 pays membres ont exprimé jeudi un "fort soutien" à l'initiative de la France de convoquer une conférence internationale d'ici la fin de l'année.

Ils ont aussi "accueilli avec un grand intérêt les recommandations du Quartette".

Ces deux initiatives "sont complémentaires et visent toutes deux (..) à remettre le processus de paix sur les rails", a-t-il estimé.

avz/elc