NOUVELLES
30/06/2016 05:44 EDT | Actualisé 01/07/2017 01:12 EDT

Le CH est meilleur avec Weber, mais pour combien de temps?

BILLET - Les coups de fil placés ici et là dans LNH se soldaient tous par le même verdict mercredi soir : « Le Canadien forme une meilleure équipe avec Shea Weber. » La question est maintenant de savoir pour combien de temps.

Un texte de Martin Leclerc

Shea Weber, qui entreprendra la prochaine saison à l'âge de 31 ans, est l'un des cinq ou six défenseurs les plus efficaces de la LNH.

L'athlète de 1,93 m et 109 kg (6 pi 4 po/240 lb) est si intimidant que les attaquants adverses évitent de passer de son côté lorsqu'ils se portent à l'attaque. Un dirigeant d'équipe reconnu pour son flair en matière d'évaluation de talent le considère comme particulièrement dominant et coriace en défense. Les attaquants adverses évitent aussi de s'aventurer trop près du filet lorsqu'il s'y trouve.

À l'offensive, Weber est en quelque sorte un marqueur de 20 buts. Grâce à son formidable boulet de canon, il a fait bouger les cordages 58 fois au cours des trois dernières saisons. Parmi tous les défenseurs de la LNH, seul Oliver Ekman-Larsson (Arizona) a marqué plus souvent avec 59 buts. De son côté, Subban en a marqué 31.

Aucun autre défenseur de la LNH n'a inscrit plus de buts en avantage numérique que Weber (31) dans les trois dernières campagnes. La saison dernière, il en a inscrit 14, alors que P.K. Subban n'en a réussi que 2. Si le CH avait profité de la contribution de Weber en 2015-2016, son avantage numérique aurait été le 6e de la LNH plutôt que le 25e.

Shea Weber est un meneur tranquille et admiré par ses pairs. Ses coéquipiers se rassemblent naturellement autour de lui. Il vient d'ailleurs de recevoir le trophée Mark-Messier, remis annuellement au joueur ayant démontré les plus grandes qualités de leadership dans la LNH.

Au cours de la dernière année, les observateurs et les partisans du Canadien ont 1000 fois débattu et tenté d'imaginer les répercussions de l'échange de Subban. Et invariablement, ces conversations se terminaient par la même réflexion : « C'est bien beau échanger P.K. Subban, mais qui sera capable de disputer les 25 minutes qu'il passe sur la patinoire? »

La réponse est maintenant connue. Ce sera Shea Weber.

***

Aux yeux des Predators de Nashville, Weber a perdu de son lustre au cours des deux dernières saisons. Ils considèrent que son jeu de pied a ralenti et que les 10 ans qui restent à écouler à son contrat allaient un jour finir par peser lourd. Cette organisation n'a d'ailleurs jamais digéré le contrat de 110 millions de dollars sur 14 ans qu'elle a dû consentir à Weber en 2012 pour égaliser une offre hostile des Flyers de Philadelphie.

Au cours des dernières saisons, le Suisse Roman Josi est devenu le défenseur numéro un des Predators. Certains avancent même que Josi faisait mieux paraître Weber qu'il ne jouait en réalité. Malgré l'arrivée de Subban, Josi gardera son titre à Nashville, estime-t-on.

Soudainement, toutefois, les Predators se retrouvent avec un premier quatuor de défenseurs dont les membres sont tous âgés de 26 ou 27 ans. Ils sont en Cadillac, comme dirait l'autre.

« C'est une transaction qui se justifie des deux côtés. Montréal acquiert un défenseur d'élite et un solide meneur qui cadre beaucoup mieux avec la culture de l'organisation. Les Predators vont chercher un défenseur plus jeune qui est spectaculaire, qui n'a pas encore atteint son plein potentiel et qui plaira aux partisans », estime un dirigeant d'équipe.

« L'arrivée de Weber permet au Canadien de dégager 1,2 million d'espace sur la masse salariale, tandis que les Predators, une équipe à petit budget, économiseront 6 millions en salaire au cours des trois prochaines saisons. »

Un autre se demande comment Subban se comportera sous la férule de Peter Laviolette, un entraîneur dont la structure de jeu est moins rigide et qui est moins porté sur la discipline.

« Les Predators ont aussi acquis Ryan Johansen au cours de la dernière année. Avec Subban, ça fera deux joueurs-clés qui ne sont pas reconnus pour, disons, adhérer aux valeurs collectives de leur équipe », souligne-t-on.

***

J'ai écrit dans cette chronique, la semaine dernière, que le repêchage et la période marquant l'ouverture du marché de l'autonomie allaient constituer un moment charnière du règne de Marc Bergevin à la tête du Tricolore.

Ou bien le DG donnait un coup de barre et marquait l'équipe de son empreinte, ou bien il restait assis sur ses mains et laissait partir le bateau au gré du vent. Non seulement cette transaction Weber-Subban marquera-t-elle le règne de Bergevin, elle constituera assurément un fait marquant de l'histoire de l'organisation. Nous la disséquerons encore dans plusieurs années.

Tout le monde dans l'organisation était bien au fait de l'immense popularité de P.K. Subban auprès des partisans. Dans les heures suivant la transaction, les membres du CH avec lesquels j'ai échangé saluaient d'ailleurs le courage de Marc Bergevin... ainsi que leur grand enthousiasme à l'idée de côtoyer un joueur de la trempe de Shea Weber.

Subban est un athlète exceptionnel et un personnage attachant. Il n'a toutefois jamais adhéré complètement à la culture de l'entreprise qui l'employait, malgré le fait qu'il en était le plus haut salarié de l'histoire.

C'est aussi simple que cela.

***

Pour toutes ces raisons, le CH est sans doute une meilleure équipe aujourd'hui. Mais pour combien de temps?

Shea Weber est exactement 3 ans, 8 mois et 29 jours plus vieux que P.K. Subban. C'est un immense et lourd défenseur qui ralentira inévitablement au cours des prochaines années. Son déclin surviendra au moment où Subban, 27 ans, atteindra son apogée.

La manière dont Weber résistera aux affres du temps, ainsi que les succès ou insuccès du Canadien au cours des cinq prochaines années, déterminera si Marc Bergevin a conclu une bonne transaction.

Mais ce matin, quoi qu'on en dise, le Tricolore forme une meilleure équipe.