NOUVELLES
30/06/2016 04:43 EDT | Actualisé 01/07/2017 01:12 EDT

La crevette nordique secouée par le Brexit

Le vote britannique aura des impacts jusque dans nos assiettes selon les producteurs de crevettes nordiques du golfe. Plus gros marché de la crevette sur la planète, c'est le Royaume-Uni qui dicte habituellement le prix mondial. L'industrie de la crevette, depuis, retient son souffle.

Un texte de Joane Bérubé

Au Québec, dans le golfe du Saint-Laurent, la pêche à la crevette est commencée depuis avril. Elle vient de débuter à Terre-Neuve qui détient le plus important contingent canadien.

À cette époque de l'année, normalement les contrats entre les usines et les acheteurs sont signés, rapporte Martin Lapierre de l'usine Crevette du Nord Atlantique à L'Anse-au-Griffon. Les acheteurs s'engagent pour environ six mois. « Présentement personne le fait, tout le monde attend », poursuit M. Lapierre.

Cette prudence s'explique par le nombre d'inconnues que suscite le vote pour la sortie de l'Union européenne.

Actuellement, les transformateurs canadiens de crevettes peuvent vendre jusqu'à 30 000 tonnes métriques aux pays membres de l'Union européenne avant l'imposition de tarifs douaniers de 19,5 %. « Une barrière infranchissable », commente Martin Lapierre.

L'accord de libre-échange avec l'UE laissait entrevoir la levée des quotas et des tarifs dans les deux prochaines années, y compris pour le Royaume-Uni. Tout ce qui concerne maintenant le marché britannique retournera sur la planche à dessin.

La dévaluation de la livre sterling est aussi une mauvaise nouvelle pour les transformateurs canadiens qui vendent au Royaume-Uni..

D'après Martin Lapierre, les pertes sont jusqu'à maintenant difficilement évaluables.

Les usines québécoises attendent maintenant de voir comment les joueurs plus importants vont se comporter. « Quand les usines de Terre-Neuve vont avoir leur stock à soutenir, quand ils ne seront plus en mesure de le soutenir, là, ça risque de faire ma », explique Martin Lapierre.

En Gaspésie, où se débarque plus de 90 % de la crevette nordique pêchée au Québec, l'Europe représente 25 % des ventes.