NOUVELLES
30/06/2016 02:30 EDT | Actualisé 30/06/2016 10:47 EDT

L'Impact séduit de plus en plus (VIDÉO)

L'Impact de Montréal prend sa place sur la planète soccer et conquiert de plus en plus de Québécois. Le cri du cœur lancé aux Montréalais en février 2015 par son président, Joey Saputo, déçu par le manque d'intérêt envers son équipe, semble un lointain souvenir. Et la saison de misère du club en 2014 aussi.

Un texte de Jean-Sébastien Cloutier

Samedi, 19 h : une marée de partisans monte vers le stade Saputo, qui joue son septième match à domicile de la saison. La plupart d'entre eux se préoccupaient bien peu de l'Impact il y a quelques années, mais aujourd'hui ils portent fièrement le bleu-blanc-noir.

Dans la file pour entrer, un homme a un grand sourire tatoué sur le visage. C'est l'un des 9500 partisans à avoir son billet de saison. Ils étaient à peine plus de 6000 l'année dernière.

«Il suffit de mettre le pied dans ce stade là une fois et on est convertis à jamais! Il y a quelque chose de magique.»

- Un partisan de l'Impact

Ce soir-là, ils sont 20 032 dans le stade, d'une capacité de 20 801 places, pour encourager leur équipe. L'ambiance y est effectivement impressionnante. La majorité des spectateurs semble bien connaître le soccer: on crie lors des beaux jeux, on signale chaleureusement les fautes à l'arbitre et les « Allez, allez, Montréal! » se chantent en chœur.

Jusqu'ici, l'Impact a attiré en moyenne 4000 personnes de plus par match que l'an dernier, ce qui réjouit le vice-président directeur de l'Impact, Richard Legendre.

«On a été à guichets fermés quatre fois au printemps, ce qui n'est jamais arrivé dans le passé.»

- Richard Legendre, vice-président de l'Impact de Montréal

Il y a des groupes plus assidus, des francophones - beaucoup plus nombreux que les anglophones - et des jeunes, beaucoup de jeunes, décrit-il.

Évoquant la présence de nombreux jeunes couples et jeunes familles, Richard Legendre souligne la dimension familiale des parties. « On le voit ici avant les matchs, les jeunes peuvent venir jouer au ballon et on les voit arriver en famille », dit-il.

Les partisans de l'Impact en quelques chiffres :

  • La moitié de la clientèle de l'Impact a entre 18 et 35 ans.
  • Les trois quarts sont âgés de moins de 45 ans.
  • La moitié des partisans de l'Impact ne s'intéresserait pas à d'autres sports professionnels.

L'impact Drogba

Keegan Rosenberry (à gauche) et Didier Drogba (à droite)

Deux événements ont donné un élan à l'Impact en 2015. D'abord, la participation de l'équipe à la finale de la ligue des champions de la CONCACAF, où compétitionnent les meilleures équipes d'Amérique centrale et d'Amérique du Nord.

Puis, bien sûr, il y a eu l'arrivée de Didier Drogba, véritable légende du soccer. Il a choisi Montréal pour terminer sa carrière, même s'il aurait pu faire plus d'argent ailleurs. Depuis son arrivée, l'Ivoirien multiplie les prouesses sur le terrain. Il a aussi attiré l'attention des communautés culturelles, passionnées de soccer.

Aujourd'hui, celles-ci représentent 25 % de la clientèle de l'Impact.

Le défi d'attirer les « eurosnobs »

Depuis le début de l'été, les immigrants ou enfants d'immigrants, à fond derrière leur équipe nationale, sont plutôt réunis dans les bars de Montréal pour regarder les matchs de l'Euro ou de la Copa America.

En Amérique du Nord, l'expression « eurosnob » existe depuis longtemps. Elle désigne l'amateur de soccer qui ne s'intéresse qu'aux grandes ligues européennes et qui lève le nez sur la ligue professionnelle nord-américaine, la MLS, parce que le jeu y est moins bon.

Montréal compte encore bon nombre d'« eurosnobs », certes, mais il y en aurait moins qu'avant. L'Impact gagne des adeptes.

« Voir jouer des joueurs comme Drogba ou plein de stars, ça reste super agréable à Montréal, ça nous manquait un peu », dit un partisan rencontré dans un café du Plateau-Mont-Royal, chapeau portugais sur la tête.

« Le soccer nous intéresse quand même comme communauté, donc comme on ne peut pas tout le temps regarder le Portugal jouer. Regarder Montréal jouer, c'est tout le temps un plaisir », nous dit une autre.

Le milieu offensif vedette de l'Impact, Ignacio Piatti, a lui aussi remarqué l'effet de sa présence depuis deux ans. « Il y a beaucoup d'Argentins qui viennent dans le stade et ils me disent merci d'être ici; ça fait longtemps que je ne suis pas venu dans le stade, mais maintenant que [tu joues ici], je viens », indique-t-il.

« Je pense que le pari a été gagné », ajoute le défenseur français Hassoun Camara. Lorsque je marche dans la rue [...], je vois qu'on est de plus en plus populaire. Il y a une effervescence vraiment beaucoup plus intense au fil des années et c'est quelque chose d'extraordinaire. »

Du jeu divertissant

Jeremy Filosa et Arcadio Marcuzzi décrivent les matchs de l'Impact au 98,5.

Vrai, la ligue nord-américaine de soccer n'est pas au niveau de la Premier League anglaise ou de la Bundesliga allemande. Les stars du soccer y sont plutôt rares, entre autres parce que les salaires sont beaucoup moins élevés dans la MLS. Les règlements de la ligue permettent qu'un maximum de trois joueurs par équipe échappent au plafond salarial.

Un des objectifs de la ligue est de mieux développer les joueurs du Canada et des États-Unis. Quoi qu'il en soit, le spectacle est souvent au rendez-vous, souligne Jeremy Filosa, le descripteur des matchs de l'Impact au 98,5 FM.

« Moi, je te dirais que quatre matchs sur cinq dans la MLS, sont très bons et sont excitants, commente-t-il. Donc, en attendant de devenir une des plus grandes ligues au monde, au moins on a un très bon produit sur le terrain.

Même après le départ de Didier Drogba, prédit-il, « l'Impact va faire des efforts pour aller chercher d'autres bons joueurs, comme Ciman, comme Piatti. »

L'entraîneur de l'Impact, Mauro Biello, est lui aussi optimiste. « Le monde commence à voir des joueurs importants qui sont dans notre ligue et dans notre équipe et qui ont choisi Montréal. Pour moi, ça, c'est ce qui est important: quand quelqu'un choisit Montréal au lieu de rester en Europe. Maintenant, tu commences à avoir ce changement de perception de la grandeur de notre ligue et de la qualité de nos joueurs. »

Encore du travail à faire

L'Impact fait donc peu à peu sa place dans le paysage montréalais, mais rien n'est encore gagné. Récemment, l'équipe a mis en vente des forfaits aussi abordables que 189 $ pour 9 matchs. On est loin du prix des billets au Centre Bell pour voir les Canadiens. L'équipe ne pourrait pas se permettre de vendre ses billets trop cher.

« Je ne dirais pas que c'est fragile, je dirais cependant que c'est en développement, nuance Richard Legendre. On sait qu'il faut continuer d'être le plus accessible possible, on est encore à séduire, on est encore à fidéliser la clientèle. Et comme la clientèle est jeune, il faut faire attention, le pouvoir d'achat est un peu moins élevé. »

«Je vais vous dire : je pense que l'avenir est extrêmement prometteur.»

- Richard Legendre, vice-président de l'Impact de Montréal

Le vice-président directeur de l'Impact ne croit pas qu'il soit indispensable de remplacer Didier Drogba par une autre vedette internationale du soccer l'an prochain. Mais il sait que le chemin vers le cœur des Montréalais passe par la victoire. Gagner, aller loin en séries et, qui sait, rapporter la Coupe MLS à Montréal cet automne. Ce serait une belle fin de carrière pour Dider Drogba. Et un autre grand chapitre dans l'histoire de l'Impact.

VOIR AUSSI:

Galerie photo Impact de Montréal - Didier Drogba Voyez les images