NOUVELLES
30/06/2016 02:59 EDT | Actualisé 01/07/2017 01:12 EDT

Explosion à Mississauga : au moins deux maisons seront démolies

Au moins deux maisons adjacentes au lieu de l'explosion de mardi, sur le chemin Hickory à Mississauga, seront détruites. Le chef du service d'incendie de la ville en a fait l'annonce mercredi. L'enquête suit son cours et il est par conséquent trop tôt pour se prononcer sur l'état des autres résidences du secteur qui ont été endommagées, ajoute Tim Beckett.

Le commissaire des incendies continue par ailleurs à enquêter sur la cause de la violente déflagration.

Hier soir, les autorités ont réduit le périmètre de sécurité. Si certains évacués ont pu regagner leur domicile, plusieurs doivent toujours attendre avant de rentrer chez eux.

Le bureau du commissaire des incendies pourrait prendre plusieurs jours avant d'annoncer sa décision. De nouveaux détails sont attendus en matinée, lorsque les autorités rencontreront les médias à 11 h 30.

La police n'écarte aucune hypothèse pour l'instant pour expliquer la déflagration. Une femme a perdu la vie et neuf autres personnes ont été blessées dans cette explosion.

Une intriguante note

La police de Mississauga a confirmé mercredi qu'elle enquête sur une mystérieuse note retrouvée par des citoyens près du lieu de l'explosion qui a fait un mort et neuf blessés hier après-midi sur le chemin Hickory. Jennifer Evans, chef de la police régionale de Peel, indique que cette note pourrait contribuer à déterminer les causes de l'explosion, mais qu'il est toutefois trop tôt pour s'avancer en ce sens.

Selon des résidents, l'auteur de cette lettre retrouvée dans les décombres parle de souffrances et demande pardon à Dieu pour des actions qu'il va bientôt commettre. 

Il n'est pas clair, toutefois, si cette lettre était dans les décombres de la maison qui a explosé.

Une autre lettre montrée à CBC fait mention de problèmes de santé et demande pardon pour ne pas pouvoir faire les rénovations nécessaires dans la maison.

« Pourquoi est-on encore là, Dieu ? », peut-on lire sur une des lettres.

Plusieurs résidents ont trouvé des paroles similaires écrites sur des morceaux de papier éparpillés dans les décombres.

Les lettres ont été remises à la police.

Les causes de la violente explosion qui a rasé une résidence de Mississauga hier après-midi sont toujours inconnues. L'enquête a été lancée, mais le chef du service d'incendie de Mississauga, Tim Beckett, prévoit qu'il s'agira d'un long processus. 

Josh Colley, de la police régionale de Peel, a affirmé mercredi après-midi dans un point de presse qu'il était trop tôt pour écarter la théorie d'un acte suspect.

Toutefois, il ajoute que « rien n'indique pour le moment que c'est un acte criminel. »

Dans une conférence de presse tenue en matinée, les autorités ont confirmé avoir réduit le périmètre de sécurité après avoir mené des recherches dans les décombres. L'équipe de recherche et sauvetage en milieu urbain de niveau opérationnel lourd de Toronto a été dépêchée sur place mardi soir pour aider les équipes à inspecter les maisons jugées encore instables. Aucune autre victime n'a été découverte. Une femme a perdu la vie dans la déflagration et neuf autres personnes ont été blessées.

Vers 16 h 20 mardi après-midi, une explosion a complètement détruit un domicile du chemin Hickory près de Dixie et Rathburne, dans un quartier résidentiel de Mississauga. 

D'après la mairesse de Mississauga, Bonnie Crombie, 58 maisons ont été évacuées à la suite de l'explosion. L'école Saint Basil est également fermée.