NOUVELLES
30/06/2016 12:58 EDT | Actualisé 01/07/2017 01:12 EDT

Canada: la justice bloque la construction d'un oléoduc vers le Pacifique

La justice canadienne a bloqué jeudi la construction d'un oléoduc controversé devant acheminer du pétrole de l'Alberta vers le littoral pacifique, estimant que les populations autochtones des régions traversées n'ont pas été suffisamment consultées.

Dans un jugement de 153 pages, la Cour d'appel fédérale a renversé les décisions, prises en 2014 par l'autorité canadienne de l'énergie et le gouvernement fédéral, d'autoriser la construction de ce pipeline de 1.200 kilomètres de longueur à travers les montagnes rocheuses.

Le tribunal avait été saisi par neuf communautés autochtones dont les terres ancestrales se trouvaient sur le tracé de l'oléoduc Northern Gateway. Ces Amérindiens estimaient qu'Ottawa n'avait pas respecté ses obligations constitutionnelles de les consulter.

Le processus de consultation proposé par le Canada était "insuffisant" car mené "à la hâte", a estimé la Cour fédérale dans son délibéré.

"La subsistance et le bien-être des Premières nations affectées ont été entièrement ignorés", a regretté le tribunal.

A l'origine de ce projet, le groupe canadien Enbridge a réaffirmé dans un communiqué qu'il était "totalement déterminé à construire cette infrastructure essentielle, tout en protégeant l'environnement et le style de vie traditionnel des Premières nations".

"Bien que la question doit être traitée par le gouvernement fédéral, Northern Gateway va consulter ses partenaires des Premières nations et les défenseurs du projet afin de déterminer quelles seront nos prochaines étapes", a indiqué John Carruthers, président de Northern Gateway.

L'ultime recours pour le transporteur d'hydrocarbures est désormais de saisir la Cour suprême, plus haute instance judiciaire du Canada.

L'oléoduc, qui devrait être opérationnel à partir de 2017, est prévu pour transporter 525.000 barils de pétrole par jour de l'Alberta (ouest) sur une distance de 1.177 kilomètres dans une région sauvage et montagneuse, où abondent les rivières à saumons.

Ce projet porte en fait sur un double oléoduc qui achèverait sa course au nord de la Colombie-Britannique, au port de Kitimat, dans une zone inhabitée proche de la frontière avec l'Etat américain de l'Alaska.

Les groupes pétroliers canadiens espèrent ainsi pouvoir exporter leur or noir vers l'Asie, grâce aux rotations de 220 gros pétroliers chaque année, selon des estimations.

La décision de la Cour d'appel fédérale constitue "une grande victoire pour les Premières nations dont les droits et les intérêts ont été ignorés dans l'évaluation des coûts et bénéfices du projet", ont estimé dans un communiqué les avocats des communautés amérindiennes.

sab/elc