NOUVELLES
30/06/2016 03:24 EDT | Actualisé 01/07/2017 01:12 EDT

Boris Johnson renonce à succéder à David Cameron

LONDRES — L'ancien maire de Londres Boris Johnson a annoncé jeudi qu'il ne briguera pas la direction du Parti conservateur britannique, et qu'il renonce donc à remplacer le premier ministre démissionnaire David Cameron.

M. Johnson était la figure de proue du camp «partir» au cours de la récente campagne référendaire du «Brexit».

Son désistement inattendu profitera probablement surtout à la ministre de l'Intérieur Theresa May, qui est la préférée des preneurs aux livres et qui est vue comme un choix «sécuritaire» pour dégager le Royaume-Uni de l'Union européenne. Mme May n'avait offert qu'un appui timide au camp «rester» pendant la campagne.

Les chances de Mme May sont également rehaussées par une querelle de dernière minute entre M. Johnson et le ministre de la Justice Michael Gove, qui a lui aussi annoncé son intention de briguer le leadership conservateur. MM. Johnson et Gove avaient fait campagne ensemble avant le vote de jeudi dernier.

M. Gove a annoncé par voie de communiqué qu'il se lance dans la course parce que, dit-il, il a conclu que M. Johnson sera «incapable d'offrir le leadership ou d'assembler l'équipe nécessaire pour la tâche qui nous attend».

On s'attendait à ce que M. Gove ne soit pas de la course et qu'il appuie M. Johnson.

La chaîne SkyNews a obtenu un courriel transmis par la femme de M. Gove, la journaliste Sarah Vine, dans lequel elle lui conseille d'exiger des garanties concrètes à M. Johnson avant d'appuyer sa candidature. Elle lui rappelle aussi que deux barons de la presse, Rupert Murdoch et Paul Dacre, ont un «dédain instinctif» de M. Johnson. Le camp de M. Gove n'a pas voulu commenter.

Le nouveau chef conservateur sera connu à la fin du mois de septembre et jouera un rôle de premier plan dans le développement d'une nouvelle relation entre le Royaume-Uni et l'Union européenne.