NOUVELLES
29/06/2016 06:08 EDT | Actualisé 29/06/2016 06:08 EDT

Bombardier livrera son tout premier appareil CSeries au transporteur Swiss

Après les retards et les dépassements de coûts, la CSeries de Bombardier franchira une autre étape importante mercredi avec la livraison du tout premier appareil à Swiss International Air Lines.

L'avion CS100 sera officiellement remis au transporteur européen dans le cadre d'une cérémonie spéciale qui aura lieu aux installations de la multinationale québécoise à Mirabel, dans les Laurentides.

Cet appareil, le premier des 30 avions commandés par Swiss, quittera ensuite pour Zurich jeudi matin, pour officiellement entrer en service le 15 juillet.

La CSeries transportera également mercredi ses premiers passagers - des membres des médias, des fournisseurs et autres invités - en Amérique du Nord dans le cadre de deux vols d'une heure chacun.

Un événement similaire avait eu lieu le 3 juin dernier dans le cadre d'une liaison entre Dublin, en Irlande, et la Suisse.

Bombardier (TSX:BBD.B) enverra également un appareil d'essai, qui pourra transporter des passagers, au Salon international de l'aéronautique de Farnborough, qui se tiendra au Royaume-Uni le mois prochain.

La CSeries a deux années de retard par rapport à l'échéancier initial, et accuse des dépassements de coûts d'environ 2 milliards $ US.

Pour sa part, le premier CS300 devrait être livré plus tard cette année à Air Baltic.

Jusqu'à présent, Bombardier a enregistré 370 commandes fermes pour son nouvel avion commercial, ce qui lui permet de dépasser son objectif de 300 avant les premières livraisons.

La semaine dernière, après des mois de négociations, le constructeur d'avions et de trains a finalisé son entente avec le gouvernement Couillard entourant l'investissement de 1 milliard $ US dans le programme de la CSeries.

En vertu de l'entente, Québec détient 49,5 pour cent de la Société en commandite Avions C Series. Deux versements de 500 millions $ US seront effectués, le 30 juin et le 1er septembre.

Bombardier sollicite toujours une contribution similaire du gouvernement fédéral.

Les actions à droit de vote multiple, qui permettent à la famille Beaudoin-Bombardier de contrôler 53,23 pour cent des droits de vote, figureraient parmi les points de désaccord entre Bombardier et le fédéral et auraient incité, selon divers médias, la multinationale à rejeter la première proposition d'aide présentée par Ottawa.

Galerie photo La CSeries de Bombardier Voyez les images