NOUVELLES
25/06/2016 09:27 EDT

Des archéologues exhument un mammouth vieux de 14 000 ans au Mexique

Handout . / Reuters
An archeologist from Mexico's National Institute of Anthropology and History (INAH) brushes the fosilized bones of a mammoth at the excavation site in Tultepec, Mexico, in this handout photo provided by INAH on May 17, 2016. The fossils, dated to the Pleistocene epoch, were discovered on December 2015 by workers digging a septic pit. INAH/Handout via REUTERS ATTENTION EDITORS - THIS IMAGE WAS PROVIDED BY A THIRD PARTY. EDITORIAL USE ONLY.

Des visiteurs se sont attroupés vendredi dans le village de Tultepec, près de Mexico, pour apercevoir le gigantesque crâne et les défenses d'un mammouth vieux de 14 000 ans.

Les restes, bien préservés, ont été découverts en décembre dernier durant des travaux d'excavation.

Des travaux d'archéologie sont menés sur les restes depuis le 25 avril et tirent à leur fin. Deux archéologues et trois ouvriers renforcent les ossements afin de pouvoir les déplacer sans danger.

La semaine prochaine, ils devraient extraire le crâne et les défenses pour les transporter à la maison de la culture de Tultepec, où se trouvent d'autres ossements du même animal.

Une dizaine de restes de mammouths ont déjà été trouvés dans le même quartier de la ville, mais il s'agit du premier qui peut être étudié puisque les habitants ne signalent généralement pas les découvertes à temps, afin de ne pas interrompre les travaux d'excavation, souligne l'archéologue Luis Cordoba, de l'Institut national d'anthropologie et d'histoire.

D'ailleurs, les restes d'une cinquantaine d'autres mammouths ont été découverts autour de Mexico, mentionne M. Cordoba. C'est grâce au lac salé qui s'étendait jadis sur le territoire entourant Mexico que les ossements sont si bien conservés, dit-il.

Les archéologues estiment que le mammouth de Tultepec mesurait 3,50 m de long et pesait presque 5 tonnes. Il est aux trois quarts entier et peu détérioré, mais ses restes étaient dans le désordre, ce qui montre que des hommes l'ont découpé pour sa viande ou sa peau, explique M. Cordoba.

Cette découverte reconfirme que la zone était habitée par des humains qui comprenaient et utilisaient leur environnement il y a 14 000 ans, indique pour sa part l'un des archéologues sur le site, Felipe Muñoz.

Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Galerie photo «Fragments d'humanité»: plonger dans l'archéologie québécoise à Pointe-à-Callière Voyez les images