NOUVELLES
24/06/2016 01:14 EDT | Actualisé 24/06/2016 01:14 EDT

Obama dit respecter la décision du Royaume Uni de quitter l'Union européenne

Le président Barack Obama a déclaré, vendredi, que l'Union européenne (UE) et le Royaume-Uni demeureraient des "partenaires indispensables" pour les États-Unis alors qu'il tentait de rassurer Londres que sa relation spéciale avec Washington pouvait survivre à son divorce potentiellement douloureux avec l'Europe.

Dans ses premiers commentaires publics sur le référendum, M. Obama a affirmé que les Britanniques s'étaient prononcés et qu'il fallait respecter leur décision.

Avant le vote, le président américain avait exhorté le Royaume-Uni à rester au sein de l'UE et s'était même rendu à Londres en avril afin de défendre son point de vue en personne. Il avait alors affirmé que le Royaume-Uni était un partenaire important des États-Unis sur le plan de la sécurité et de l'économie, laissant toutefois entendre que ce rôle pourrait être amoindri si le pays décidait de quitter l'UE.

M. Obama avait aussi fait valoir que les entreprises britanniques seraient durement touchées par une telle décision, soulignant que Washington ne serait pas pressée de renégocier un accord de libre-échange avec Londres.

Le message du président américain avait été perçu par plusieurs comme une tentative pour interférer dans les affaires intérieures du Royaume-Uni, en plus d'avoir un impact limité.

Vendredi, Barack Obama a adopté un ton plus conciliant, souhaitant rassurer à la fois le Royaume-Uni et l'UE.

"L'appartenance du Royaume-Uni à l'OTAN reste une pierre d'assise importante de la politique des États-Unis en matière de sécurité et d'économie, a-t-il indiqué. C'est aussi le cas de notre relation avec l'Union européenne, qui a fait tant de choses pour promouvoir la stabilité, stimuler la croissance économique et assurer la diffusion des valeurs et idéaux démocratiques à travers et au-delà du continent."

LIRE AUSSI

» L'UE pourra-t-elle survivre au «Brexit»?

» Les marchés réagissent (très) mal à la victoire du Brexit

» Des médias britanniques comme "Le Sun" ont dû refaire leur Une en urgence

» Ces pays préparent les prochains avis de tempêtes sur le projet européen

» Qui est Boris Johnson, l'homme qui se prend pour Winston Churchill

» Écosse: l'option d'un deuxième référendum d'indépendance est «sur la table»

» Pour Trump, en visite en Ecosse, le Brexit c'est «fantastique»

Donald Trump, le présumé candidat républicain à la présidentielle américaine de novembre, a pour sa part salué le résultat du référendum, déclarant que les Britanniques avaient "retrouvé leur indépendance" avec leur décision de quitter l'UE.

Lors d'une conférence de presse en Écosse, où il était de passage pour visiter un golf qui lui appartient, M. Trump a établi un parallèle entre le référendum sur le départ du Royaume-Uni de l'UE et la campagne présidentielle américaine, disant que les gens voulaient reprendre le contrôle de leurs frontières.

Le référendum britannique a donné lieu un débat sur certains des thèmes populistes au coeur de la campagne du milliardaire américain, dont les inquiétudes concernant l'immigration et la sécurité aux frontières.

INOLTRE SU HUFFPOST

Galerie photo Brexit / Référendum en Grande-Bretagne Voyez les images