DIVERTISSEMENT
23/06/2016 02:07 EDT

Fête nationale à Montréal 2016: un défilé et un grand party (PHOTOS)

Paméla Lajeunesse

Montréal se drape de bleu et de blanc aujourd’hui et demain pour clamer haut et fort son amour à sa Belle Province. La Fête nationale du Québec, dans la métropole, se déclinera en plusieurs formats.

Ce soir, les festivités seront lancées sur la Place des Festivals, avec le grand spectacle animé par Louis-José Houde, et auquel participeront Éric Lapointe, Jean-Pierre Ferland, Yann Perreau, Les Sœurs Boulay, Brigitte Boisjoli, Koriass, Samian, Florent Vollant et Natasha Kanapé-Fontaine. Avec eux, Louis-José jouera «peut-être» de la musique, «un petit peu», «si tout va bien», mais pas de la batterie.

LIRE AUSSI

»Où fêter la Fête nationale à travers le Québec?

»Où fêter la Fête nationale à Montréal (et ses alentours)?

»La Fête nationale du Québec 2016 se déroulera sous le thème «Québec, de l'art pur»

»Grand Spectacle de la Fête nationale 2016: Qui y sera?

»Fête nationale: ouvert ou fermé pour le 24 juin 2016?

«Il y a comme trois tranches de signification à la Fête nationale, pour moi, a laissé savoir l’humoriste. Je suis sûrement le premier à te dire ça, hein? (rires) Évidemment, ça ramène à l’enfance. Je voyais mes parents faire un feu de joie dans la rue, quand j’étais tout petit, la rue était fermée et je ne comprenais pas trop ce qui se passait. Plus tard, à l’adolescence, il y avait les soirées ridicules, où on se servait de la Fête nationale comme excuse pour boire beaucoup trop de bière. Après, c’a pris un sens. Et, plus tard, c’est quand j’ai eu l’occasion de l’animer que j’ai trouvé la troisième tranche de signification. Étant quelqu’un qui gagne sa vie en communiquant et en écrivant en français, c’est un grand honneur pour moi d’être là, et de fêter la Fête nationale du Québec, le seul état francophone en Amérique du Nord. Je suis très flatté de ça. De me présenter devant cette foule, le 23 juin, c’est vraiment un grand honneur. Mon corps comprend que c’est au-delà d’un one man show, en fait d’énergie qu’on reçoit. Les gens sont très, très participatifs! En même temps, ils écoutent. Au niveau de l’humour, je suis «hors piste», ça prend un quatre roues! Mais l’énergie ne se compare pas à grand-chose.»

Il s’agit de la troisième année consécutive à la barre du happening montréalais de la Fête nationale pour Louis-José Houde. Égalera-t-il un jour, avec cet événement, son nombre d’années aux commandes du Gala de l’ADISQ (dont il tiendra encore les rênes, pour une 11e édition, en novembre prochain)?

«Il n’y a pas 58 affaires dans lesquelles je me sens confortable, à part les tournées de spectacles, a signalé Louis-José, précisant au passage qu’il n’est jamais de la programmation de Juste pour rire ou du ComediHa. L’ADISQ, comme la Fête nationale, c’est du stand up tout le long, avec quelques présentations un peu plus protocolaires et officielles. On dit animateur, mais ce n’est pas animer comme le font Éric (Salvail) ou Véronique (Cloutier). Pour moi, c’est très près de ce que je fais sur scène. C’est presque technique, en fait.»

Galerie photo Dévoilement de la Fête nationale à Montréal Voyez les images

Yann Perreau, de son côté, a été du collectif de la Fête nationale en 2004 et en 2012, et il le sera encore ce soir. Le grand fêtard anticipe toujours cette soirée avec impatience.

«C’est l’un des plus gros shows de l’année, c’est un hommage à la chanson québécoise, c’est un party, et en même temps, c’est pour moi une occasion de se dire à quel point on est une belle gang, qu’on a une belle culture. Pour moi, c’a un lien très profond.»

Grand comme ça

Puis, demain, 24 juin, la rue Sainte-Catherine Ouest, entre Guy et De Bleury, sera prise d’assaut par le 185e défilé de la Fête nationale, sur le coup de 13h.

Chaque année, plus de 100 000 personnes se massent sur une longueur de deux kilomètres pour admirer les 1500 participants, bénévoles et de tous les âges, qui donnent corps à la divertissante procession.

Il y aura donc des chars allégoriques, des fanfares, des percussionnistes, des troupes de danse, des gymnastes, des chorales et toutes sortes de personnages qui marcheront à la queue-leu-leu, sous le slogan Mon Québec, je l’aime grand comme ça! La chanteuse Geneviève Leclerc, récemment découverte à La voix, interprétera une chanson inédite en début de parcours. À la télévision de Radio-Canada, le défilé sera diffusé le même jour, à 17h, et animé par Élyse Marquis et l’historien Éric Bédard.

«Le défilé de la Fête nationale est bien plus big que le spectacle, a rigolé Joël Legendre, metteur en scène de la parade depuis deux ans. On a moins de budget, mais on bien plus big! C’est extrêmement rassembleur, immensément festif!»

Notons que vendredi, en journée et en soirée, plusieurs fêtes de quartier se tiendront partout au Québec sous le thème Québec, de l’art pur. Voyez, plus bas, la liste des tableaux en vedette dans le défilé, imaginés par le scénographe Éric Noguès.

Politique ou pas?

La Fête nationale emprunte la signification qu’on veut bien lui donner. Pour certains, elle est synonyme de la lutte menée en faveur de la souveraineté. Pour d’autres, elle est le contexte parfait pour lâcher son fou et trinquer en famille ou entre amis.

Quand vient le temps de jaser politique, où se situent les artisans de la Fête nationale 2016?

«Le show en tant que tel, je pense que chacun va chercher là-dedans ce qu’il veut, a réfléchi Louis-José Houde. C’est vrai que c’est un spectacle qui a une connotation nationaliste mais, en même temps, tout le monde est bienvenu. Moi, je ne ferai pas de référence à ça ; il arrive que les artistes le fassent, par-ci, par-là, et c’est correct, mais jamais je ne sens de grande division dans la foule. Les anglophones sont bienvenus. Même que je serais très heureux de savoir qu’il y en a qui viennent faire un tour. C’est un show qui célèbre le Québec, qui célèbre Montréal. Il y a d’autres moments pour parler de politique. Peut-être que tout le monde ne pense pas comme moi à ce niveau-là, mais ce n’est pas naturel pour moi d’aller communiquer mon opinion sur la question et mes allégeances politiques sur scène. Moi je suis là pour faire lever ça, essayer d’être drôle et mettre la table pour les artistes. Si, à un moment donné, je veux le faire, je le ferai comme il faut, avec toute votre attention, dans un local de conférence de presse. Je pense que Guy A.Lepage (NDLR : qui a animé le spectacle de la Fête nationale pendant cinq ans, de 2009 à 2013) était plus confortable de faire ça, mais c’est dans ses veines, dans son sang, dans sa personne. Moi, quand j’arrive au micro, il ne se passe pas la même chose. Des fois, j’aimerais ça, être Pierre Bourgault, en avant, mais qu’est-ce que tu veux… (rires)»

Autre son de cloche chez Yann Perreau, qui juge que sa présence sur scène, ce soir, sera un acte de convictions et d’idéaux.

«Pour moi, l’année longue est politique, a informé Perreau. Mais cette soirée-là est faite pour célébrer. Je ne veux pas trop mettre le mot politique parce qu’il y en a qui capotent avec ça. Pour moi, c’est une grande fête et c’est le bon temps d’en profiter… Parce que ça arrive rien qu’une fois par année! (rires)»

Joël Legendre et Élyse Marquis, pour leur part, profitent des célébrations pour jaser langue et culture avec leurs enfants.

«Au-delà de toutes allusions politiques, je pense que c’est important de promouvoir ça, a insisté Joël Legendre. Je pense à mes enfants, et je veux qu’il y ait encore des défilés quand mes filles vont être en âge de les regarder. Mon fils vient voir ça, il comprend quelque chose. Par exemple, on incarne Ludger Duvernay dans notre défilé ; les enfants ne savent pas c’est qui, mais ils vont l’apprendre pendant la parade, en posant des questions. Pour moi, c’est cette notion historique qui est importante.»

«C’est important pour moi d’être fière de notre langue, a renchéri Élyse Marquis. C’est plus patriotique que politique, c’est d’être fière de mon pays et de ma langue.»

Les différents tableaux du défilé de la Fête nationale du Québec à Montréal, sous le thème «Mon Québec, je l’aime grand comme ça»

Mon Québec et ses grandes voix

Mon Québec et ses grands espaces

Mon Québec et ses premières nations

Mon Québec et ses grands navigateurs

Mon Québec et son histoire grandiose

Mon Québec plus grand que nature

Mon Québec et ses grands mouvements sociaux

Mon Québec et ses athlètes et ses sports

Mon Québec et sa culture ici et ailleurs

Mon Québec au grand cœur

Mon Québec je l’aime grand comme ça (avec une immense fleur de lys de 25 pieds et des confettis)